mis à jour le

Afrique du Sud: Zuma se moque des députés qui ont interrompu son discours

Le président sud-africain Jacob Zuma s'est moqué vendredi des députés de l'opposition qui ont perturbé la veille son discours annuel sur l'état de la nation, qualifiant d'"inutiles" les parlementaires radicaux qui sont partis au bout d'une heure en scandant des slogans contre lui.

"Ils montrent à quel point ils sont inutiles, les gens ne voteront jamais pour eux", a déclaré le chef de l'Etat goguenard lors d'un débat télévisé sur la télévision publique, au lendemain des incidents.

"Ils ne comprennent pas la démocratie, ils ne comprennent pas comment ça marche (...) En démocratie, la majorité l'emporte. Vous ne pouvez pas dire +je me fiche de ce que la majorité a à dire+", a ajouté Jacob Zuma, dirigeant du Congrès national africain (ANC), le parti au pouvoir depuis la fin de l'apartheid.

Jeudi au Cap (sud), les membres du parti de gauche radicale EFF (Combattants de la liberté économique) ont multiplié pendant une heure les rappels au règlement pour interrompre le président devant le Parlement au complet, en présence de nombreux diplomates et hauts-fonctionnaire.

"Zuma ne mérite le respect de personne, il nous a volés, il a corrompu l'économie de l'Afrique du Sud, il a transformé ce pays en blague", a martelé Julius Malema, dirigeant de l'EFF, ignorant les injonctions de la présidente de la chambre, Baleka Mbete, qui lui demandait de s'asseoir et de se taire.

Les parlementaires EFF, vêtus de leurs traditionnelles combinaisons rouges, ont finalement quitté l'hémicycle en cognant leurs casques d'ouvriers sur les bancs et en scandant "Zupta doit tomber", jeu de mot en référence aux liens étroits entre le chef de l'Etat et les Gupta, de richissimes hommes d'affaires d'origine indienne soupçonnés d'avoir une influence directe sur le pouvoir sud-africain.

"Si le parti ou le président commet une erreur, il y a un processus pour gérer le problème", a répliqué le chef de l'Etat. "Ils font du mal au pays, ils ternissent son image", a-t-il estimé, alors que le discours était diffusé en direct sur les trois principales chaînes sud-africaines, et très suivi par le public. Son discours avait déjà été perturbé l'année dernière par les mêmes députés.

Jacob Zuma, très affaibli politiquement par l'affaire de sa résidence privée rénovée au frais de l'Etat et par des remaniements ministériels hasardeux qui ont fait plonger la monnaie nationale, a tenté de retourner la situation à son avantage, assurant que ces comportements de trublions de la classe politique renforçaient son parti.

"Nous allons vers les élections (présidentielles) en 2019, ils devraient s'organiser, promouvoir leurs politiques au lieu de fabriquer des slogans qui ne veulent rien dire", a-t-il assuré.

"A chaque fois qu'ils ouvrent la bouche, c'est pour parler de l'ANC, pas d'eux-mêmes... Ils vont dans la direction où le vent souffle. Honte à eux", a-t-il conclu.

Afrique

AFP

Affaire Uramin: les juges sur la piste des intermédiaires d'Areva en Afrique

Affaire Uramin: les juges sur la piste des intermédiaires d'Areva en Afrique

AFP

Afrique du Sud: une chanson de la lutte anti-apartheid au coeur d'un licenciement controversé

Afrique du Sud: une chanson de la lutte anti-apartheid au coeur d'un licenciement controversé

AFP

La crise du Golfe menace les efforts de paix en Afrique de l'Est (UE)

La crise du Golfe menace les efforts de paix en Afrique de l'Est (UE)

députés

AFP

Niger: ministres et députés priés de se soigner dans le pays

Niger: ministres et députés priés de se soigner dans le pays

AFP

Des députés demandent "la reconnaissance officielle" de l'assassinat par l'Etat de Maurice Audin

Des députés demandent "la reconnaissance officielle" de l'assassinat par l'Etat de Maurice Audin

AFP

Somaliland: les députés adoptent pour la première fois une loi contre le viol

Somaliland: les députés adoptent pour la première fois une loi contre le viol

discours

AFP

Obama prononcera le discours de la Fondation Mandela en juillet

Obama prononcera le discours de la Fondation Mandela en juillet

AFP

L'armée déployée pour le discours

L'armée déployée pour le discours

AFP

Nigeria: la présidence reconnait avoir plagié un discours d'Obama

Nigeria: la présidence reconnait avoir plagié un discours d'Obama