mis à jour le

RDC: 15 morts dans des violences ethniques, l'ONU inquiète

Quinze personnes au moins ont été tuées lors d'affrontements entre groupes armés dans l'est de la République démocratique du Congo, théâtre depuis plusieurs semaines de vives tensions ethniques qui ont atteint un niveau alarmant selon l'ONU.

"Il y a eu des affrontements dans le village de Mukeberwa", dans la province du Nord-Kivu, et "selon les informations en ma possession, entre 15 et 30 personnes ont trouvé la mort", a déclaré à l'AFP Bokele Joy, administrateur du territoire de Lubero, où ont eu lieu les combats.

L'administrateur a ajouté qu'il lui était difficile d'être plus précis sur le bilan car les affrontements ont eu lieu dans une zone où "il n'y a ni FARDC (armée congolaise, NDLR) ni police nationale congolaise".

Selon lui, les combats ont été provoqués par l'attaque de miliciens maï-maï d'ethnie nande contre Mukeberwa, tenu par des rebelles hutu rwandais des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR).

L'administrateur a dit avoir vu "cinq civils blessés" évacués dans une zone sous le contrôle des autorités.

Mukeberwa est situé aux confins des territoires de Lubero et de Walikale, dans le centre-est du Nord-Kivu, province déchirée par les conflits armés depuis plus de vingt ans.

Les maï-maï sont des milices d'autodéfense, souvent constituées selon des critères ethniques.

Les Nations unies se sont "alarmées" lundi de cette "escalade des violences intercommunautaires dans les territoires de Lubero et Walikale" qui ont fait "au moins 21 morts, 40 blessés et 70 maisons incendiées au cours du week-end passé", selon un communiqué du Haut Commissariat aux droits de l'Homme (HCHR) publié à Genève.

"Nous avons aussi reçu des rapports sur des déplacements massifs de civils, des pillages, des enlèvements et au moins trois viols au cours des derniers jours", ajoute le texte.

- "Calmer les choses

Plusieurs témoins ou chefs locaux ont confirmé des déplacements de population importants "par craintes de représailles". Aucun chiffre précis sur l'ampleur de ces déplacements n'a pu être obtenu auprès des autorités ou du Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha). 

La tension est très vive entre communautés hutu congolaise et nande dans le sud du territoire de Lubero.

Dans la nuit du 6 au 7 janvier, au moins 16 Nande ont été tués dans un village de la région, Miriki, par de présumés rebelles FDLR et les affrontements entre Hutu et Nande se sont multipliés depuis, selon Bokele Joy.

Mercredi, deux personnes ont été tuées, six autres blessées, et plusieurs cases brûlées dans un village de la région, et vendredi, plusieurs dizaines de cases d'un autre village ont été brûlées par des FDLR.

Depuis plusieurs mois, les chefs nande de la région de Miriki s'opposent au retour de déplacés hutu congolais, qu'ils accusent de complicités avec les FDLR. Selon la Mission de l'ONU en RDC (Monusco) et les autorités locales, l'attaque de Miriki a exacerbé les tensions intercommunautaires dans la zone.

Les tensions entre Hutu et Nande "semblent avoir atteint un niveau alarmant (...) et pourraient engendrer des violences à grande échelle et davantage de déplacements", estime le HCHR pour qui le soutien de groupes armés à chacune des deux communautés "rend la situation potentiellement encore plus explosive".

Face à la détérioration de la situation, M. Bokele Joy a délocalisé son bureau de la ville de Lubero à celle de Kirumba, dans le sud du territoire, afin de se rapprocher des populations locales pour tenter de trouver une solution.

"Nous demandons aux dirigeants des deux communautés de calmer les choses", a-t-il déclaré à l'AFP, "et nous demandons à l'armée et à la police de prendre des mesures pour assurer la sécurité de la population".

AFP

Ses derniers articles: Niger: une vingtaine de migrants secourus par l'armée en plein désert  Zimbabwe: l'opposant Mawarire de nouveau interpellé  Libération d'un Suédois enlevé par Al-Qaïda en 2011 au Mali 

l'ONU

AFP

RDC: l'ONU va envoyer des experts pour enquêter sur les violences au Kasai

RDC: l'ONU va envoyer des experts pour enquêter sur les violences au Kasai

AFP

Centrafrique: l'ONU discute avec Brazzaville du retrait des soldats congolais

Centrafrique: l'ONU discute avec Brazzaville du retrait des soldats congolais

AFP

Libye: le Libanais Ghassan Salamé nommé envoyé de l'ONU

Libye: le Libanais Ghassan Salamé nommé envoyé de l'ONU

morts

AFP

Nigeria: 9 morts dans un triple attentat-suicide dans le nord-est

Nigeria: 9 morts dans un triple attentat-suicide dans le nord-est

AFP

Est de la RDC: sept morts dans des combats entre l'armée et une rébellion

Est de la RDC: sept morts dans des combats entre l'armée et une rébellion

AFP

Centrafrique: une centaine de morts

Centrafrique: une centaine de morts

violences

AFP

Togo: cérémonies de "purification" en mémoire des violences politiques

Togo: cérémonies de "purification" en mémoire des violences politiques

AFP

Tunisie: une dispute entre jeunes dégénère en violences tribales

Tunisie: une dispute entre jeunes dégénère en violences tribales

AFP

RD Congo: 3.000 morts en huit mois dans les violences au Kasaï

RD Congo: 3.000 morts en huit mois dans les violences au Kasaï