mis à jour le

Présidentielle en Centrafrique: Derniers soutiens importants pour les deux adversaires du second tour

Les deux anciens Premiers ministres qui s'affronteront dimanche prochain au second tour de la présidentielle centrafricaine, Anicet-Georges Dologuélé et Faustin Archange Touadéra, ont reçu le soutien respectif des candidats arrivés en troisième et quatrième positions, a-t-on appris dimanche à Bangui.

Désiré Nzanga Kolingba, troisième avec 12,04 % de suffrages à la présidentielle du 30 décembre dernier, a officialisé son soutien à M. Dologuélé, arrivé en tête avec 23,74 % des voix. 

"Plus qu'un accord électoral, il s'agit d'un engagement politique", a précisé à l'AFP Clément Be-Boudet N'bamba, secrétaire général adjoint et porte-parole du Rassemblement démocratique centrafricain (RDC), le parti de  Kolingba. 

"Dans un premier temps, nous nous engageons à soutenir M. Dologuélé dans sa campagne. Et, en cas de victoire de celui-ci, nos deux partis travailleront conjointement pour redresser le pays",  a-t-il ajouté.

Jusqu'ici, le RDC avait toujours contesté les résultats du premier tour, déposant avec d'autres partis des recours auprès de la Cour constitutionnelle, tous rejetés. 

Mais, selon M. Be-Boudet N'bamba, "même si le processus électoral a été entaché de fraudes et d'irrégularités, il était temps de dépasser ces considérations pour ne penser qu'à l'essentiel: mettre fin à la période de transition et élire un gouvernement démocratique pour sortir le pays du statut quo".

-Surprise-

M. Touadéra, qui avait créé la surprise en arrivant deuxième avec 19,05 % des voix du premier tour, a reçu le soutien du quatrième, Martin Ziguélé (11,43 %), selon le parti de ce dernier, le Mouvement de libération du peuple centrafricain (MPLC).

Auparavant, 21 candidats sur la trentaine en lice en décembre avaient déjà rallié Faustin Archange Touadéra pour le second tour.

Le premier tour des législatives, qui s'était déroulé aussi le 30 décembre, a été annulé pour de nombreuses irrégularités par la Cour constitutionnelle. Il doit se tenir de nouveau dimanche 14 février en même temps que la présidentielle.

Ces scrutins, maintes fois reportés, sont censés aider l'un des pays les plus pauvres du monde, à sortir de trois ans de violences intercommunautaires. 

La Centrafrique s'est embrasée à la chute du président François Bozizé, renversé en mars 2013 par la Séléka, une coalition hétéroclite de rebelles. Depuis l'intervention française qui a chassé la Séléka du pouvoir en janvier 2014, le pays vit sous perfusion de la communauté internationale et les Nations unies y entretiennent une force de 10.000 Casques bleus.

AFP

Ses derniers articles: Niger: Hawad, poète et peintre furieux  Mali: deux Casques bleus tués dans une attaque dans le Nord  Tunisie: mise en garde contre un dérapage dans le sud, en ébullition 

présidentielle

AFP

Les Algériens se passionnent pour la présidentielle française

Les Algériens se passionnent pour la présidentielle française

AFP

Somalie: élection présidentielle sous très haute sécurité

Somalie: élection présidentielle sous très haute sécurité

AFP

Présidentielle en Somalie: la faim et les shebab en toile de fond

Présidentielle en Somalie: la faim et les shebab en toile de fond

soutiens

AFP

Guinée-Bissau: la crise politique persistante pourrait lasser les soutiens du pays

Guinée-Bissau: la crise politique persistante pourrait lasser les soutiens du pays

AFP

Egypte: offensive diplomatique contre les soutiens des Frères musulmans

Egypte: offensive diplomatique contre les soutiens des Frères musulmans

AFP

Soudans: l'UA enquête sur les soutiens aux groupes rebelles

Soudans: l'UA enquête sur les soutiens aux groupes rebelles