mis à jour le

Burkina: le gouvernement de Paul Kaba Thiéba obtient la confiance du parlement

Le Premier ministre du Burkina Faso Paul Kaba Thiéba a obtenu vendredi le vote de confiance du parlement pour son programme de gouvernement, a constaté l'AFP.

C'est la première fois que l'exercice prévu par la constitution est exécuté. 

Selon la Constitution burkinabè, le Premier ministre doit faire une "Déclaration de politique générale" devant les députés un mois après sa nomination afin de recueillir la confiance du parlement. 

Si la confiance lui est refusée, il est démis de ses fonctions par le chef de l'Etat dans les huit jours.

Au total 72 députés sur 125 ont voté l'investiture de M. Thiéba comme Premier ministre tandis que 53 se sont abstenus.

M. Thiéba, un économiste de 55 ans, a été nommé début janvier Premier ministre par le président Roch Marc Christian Kaboré.

M. Thiéba était assuré du soutien du parti présidentiel, le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), qui compte 55 députés et de la dizaine de voix des partis de la mouvance présidentielle.

Le parti de l'ex président Blaise Compaoré, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), 18 députés) et l'Union pour le progrès et le changement (UPC) de Zéphirin Diabré, candidat malheureux à l'élection présidentielle, ont appelé leur députés à l'abstention.

Dans sa "Déclaration de politique générale", M. Thiéba a affirmé que le Burkina "présente des signes de fragilité, avec une croissance trop faible pour éradiquer la pauvreté et réduire les inégalités sociales".

"Le gouvernement veillera à ce qu'aucun Burkinabè ne soit exclut dans la répartition des fruits du développement et du progrès", a indiqué M. Thiéba dans un pays où plus de 40% des 17 millions d'habitants vivent en dessous du seuil de pauvreté.

Sur le plan politique, M. Thiéba a annoncé la mise en place d'un dialogue national pour la réconciliation nationale basée sur le "triptyque vérité, justice, réconciliation".

Roch Marc Christian Kaboré, un ancien baron du régime Compaoré, a été élu fin novembre président du Burkina, mettant ainsi fin à la transition d'un an qui a suivi la chute de l'ex-président après 27 ans au pouvoir. 

AFP

Ses derniers articles: Ligue des champions d'Afrique: le nord puissance quatre  Maroc et "argent du haschich": Rabat rappelle son ambassadeur en Algérie  De Juba 

confiance

AFP

Afrique du Sud: le président Zuma garde la confiance de son parti

Afrique du Sud: le président Zuma garde la confiance de son parti

AFP

Libye: le Parlement refuse la confiance au gouvernement d'union

Libye: le Parlement refuse la confiance au gouvernement d'union

AFP

Tunisie: le Parlement retire sa confiance au gouvernement

Tunisie: le Parlement retire sa confiance au gouvernement

gouvernement

AFP

Kenya: l'opposition manifeste, malgré l'interdiction du gouvernement

Kenya: l'opposition manifeste, malgré l'interdiction du gouvernement

AFP

Togo: l'opposition maintient sa marche, malgré l'interdiction du gouvernement

Togo: l'opposition maintient sa marche, malgré l'interdiction du gouvernement

AFP

Togo: l'opposition annonce une marche, le gouvernement l'interdit

Togo: l'opposition annonce une marche, le gouvernement l'interdit

parlement

AFP

Le Parlement panafricain en pleine crise existentielle

Le Parlement panafricain en pleine crise existentielle

AFP

Zambie: heurts entre manifestants et policiers devant le Parlement

Zambie: heurts entre manifestants et policiers devant le Parlement

AFP

Ouganda: pugilat au Parlement au sujet de la limite d'âge du président

Ouganda: pugilat au Parlement au sujet de la limite d'âge du président