mis à jour le

Le président intérimaire de la Fifa, Issa Hayatou, le 3 décembre 2015 à Zurich. Crédit photo: FABRICE COFFRINI / AFP
Le président intérimaire de la Fifa, Issa Hayatou, le 3 décembre 2015 à Zurich. Crédit photo: FABRICE COFFRINI / AFP

«À la Fifa, ce qu'on donne à l'Afrique on le donne ailleurs», dit Issa Hayatou

Le Camerounais président intérimaire de la Fifa s'est confié au journal L'Equipe sur l'élection à venir à la tête de la Fédération internationale.

C'est un drôle de paradoxe. Issa Hayatou, l'homme qui a remplacé provisoirement Sepp Blatter à la tête de la Fédération internationale de football (Fifa) après la suspension du Suisse de ses fonctions pour des soupçons de corruption, a souvent vu son nom trempé dans des affaires de malversations. 

«En décembre 2011, il a été impliqué dans le scandale ISL –la société de marketing qui gérait dans les années 1990 les droits télévisés de la Coupe du monde. L'entreprise s'était rendue coupable de verser des rétrocommissions et Hayatou avait été impliqué dans l'affaire, mais avait échappé à une condamnation. Le dirigeant camerounais est également soupçonné d'avoir été «acheté» par le Qatar pour persuader les fédérations africaines à voter pour la candidature de l'Émirat concernant l'attribution de la Coupe du monde 2022», écrivait-on sur Slate.fr en octobre.

À lire aussi sur Slate.fr: L'homme qui remplace Blatter à la tête de la Fifa est tout aussi suspect

Mais en dépit de sa réputation plutôt mauvaise d'un point de vue déontologique, c'est aujourd'hui bien lui qui est en charge d'assurer la transition à la tête de la Fifa jusqu'à l'élection du 26 février, où les représentants des 209 fédérations nationales éliront leur nouveau patron. À quelques jours de ce scrutin auquel il ne se présente pas, le Camerounais s'est confié au journal sportif français L'Equipe dans une longue interview

«L'Afrique aurait été derrière Platini»

Il a notamment déclaré entre les lignes que la Confédération africaine de football (CAF), qu'il dirige toujours, ne soutiendrait pas à tout prix le candidat sud-africain Tokyo Sexwale, qui peine à obtenir le soutien de sa propre fédération nationale. «On n'est pas contre Tokyo Sexwal, on attend la décision de sa propre fédération qui vient de dire que sa campagne était trop discrète», affirme t-il. Il a également dit que le football africain était initialement derrière Michel Platini, le dirigeant français de l'Uefa, lui aussi suspendu de ses fonctions à la Fifa et exclu de facto de la course à la présidence.

«J'aurai souhaité que Platini soit président de la Fifa compte-tenu de nos affinités. L'Afrique aurait été derrière Platini. Sans ambages».

Enfin, il s'est défendu de toute malversation financière en faveur de la CAF de la part de la Fifa. «À la Fifa, il n'y a pas de disparités. Ce qu'on donne à l'Afrique, on le donne ailleurs. Les gens ont tendance à nous montrer du doigt, nous les Africains pour dire qu'on a profité de Blatter».

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Les dix pays les pires pour les enfants sont tous situés en Afrique  Des dizaines de langues locales sont en voie de disparition en Afrique  Oui, le débit internet est plus rapide au Kenya qu'aux Etats-Unis 

FIFA

AFP

Ghana: un joueur suspendu un an de toute activité par la Fifa

Ghana: un joueur suspendu un an de toute activité par la Fifa

AFP

Ouganda: enquête Fifa pour trafic de billets contre le président de la Fédération

Ouganda: enquête Fifa pour trafic de billets contre le président de la Fédération

AFP

Mali: la suspension de la Fédération de football levée par la Fifa

Mali: la suspension de la Fédération de football levée par la Fifa

football

AFP

Mali: les dirigeants de la Fédération de football limogés, la Fifa proteste

Mali: les dirigeants de la Fédération de football limogés, la Fifa proteste

CAN 2017

Le Cameroun est désormais la deuxième puissance du football africain

Le Cameroun est désormais la deuxième puissance du football africain

Football

CAN 2017: Le pardon gênant des joueurs gabonais devant Ali Bongo

CAN 2017: Le pardon gênant des joueurs gabonais devant Ali Bongo

Issa Hayatou

Football

Nommé à la tête de la Fifa, le Camerounais Hayatou est tout aussi suspect que Blatter

Nommé à la tête de la Fifa, le Camerounais Hayatou est tout aussi suspect que Blatter

Football

Pourquoi les dirigeants africains maintiennent leur confiance à Joseph Blatter à la Fifa

Pourquoi les dirigeants africains maintiennent leur confiance à Joseph Blatter à la Fifa

Coupe du Monde 2022

Plusieurs dirigeants africains auraient touchés de l'argent du Qatar

Plusieurs dirigeants africains auraient touchés de l'argent du Qatar