mis à jour le

CPI: l'accusation montre des vidéos d'attaques armées présumées des forces de Gbagbo contre des civils

Des vidéos d'attaques présumées des forces gouvernementales de Laurent Gbagbo contre des civils et de cadavres alignés dans les rues d'Abidjan ont été projetées par l'accusation à la Cour pénale internationale vendredi, au deuxième jour du procès historique de l'ancien président ivoirien.

L'ex-président, 70 ans, et son co-accusé Charles Blé Goudé, 44 ans, ex-chef de milice, sont poursuivis pour leur rôle dans la crise née du refus de M. Gbagbo de céder le pouvoir à Alassane Ouattara, reconnu vainqueur de l'élection présidentielle de fin 2010.

Les forces pro-Gbagbo ont "tiré sur la foule... provoquant la mort et des blessures physiques graves", a déclaré Eric MacDonald, chargé de l'accusation et représentant de la procureure Fatou Bensouda, devant les trois juges de la CPI.

"Ils ont été abattus simplement pour avoir soutenu Ouattara," a-t-il ajouté, montrant des séquences vidéo d'attaques armées présumées des forces gouvernementales de M. Gbagbo contre des partisans de l'opposition.

M. Gbagbo est le premier ex-chef d'Etat poursuivi par la CPI. Son procès pour crimes contre l'humanité, qui doit durer entre trois et quatre ans, est un vrai test pour la Cour, entrée en fonction en 2003.

MM. Gbagbo et Goudé ont plaidé non coupable, à l'ouverture de leur procès jeudi, de meurtres, viols, actes inhumains et persécutions.

L'accusation se concentre sur quatre incidents spécifiques survenus pendant les cinq mois de violences qui ont fait plus de 3.000 morts des deux côtés, transformant en champ de bataille certaines zones du premier producteur mondial de cacao, moteur économique de l'Afrique de l'Ouest, jusqu'à l'arrestation de M. Gbagbo en avril 2011.

Un de ces épisodes a eu lieu lors d'une manifestation d'opposition sur une station de télévision pro-Gbagbo en décembre 2010, pendant laquelle 45 personnes avaient été tuées et 16 femmes et filles violées.

Une vidéo tournée le 16 montre une forte explosion et des tirs. "Deux personnes ont été tuées par une grenade. Appelez une ambulance!," crie un opposant, alors que des corps inertes et ensanglantés sont traînés hors du champ des tirs.

Une deuxième vidéo, tournée lors d'une manifestation de femmes dans le quartier d'Abobo à Abidjan le 3 mars 2011, montre des forces pro-Gbagbo ouvrant le feu sur des femmes non armées, laissant des corps ensanglantés joncher les rues.

Sept femmes furent tuées et trois blessées. "Ces femmes n'étaient pas armées. Elle ne portaient que trois branches," a déclaré M. MacDonald.

AFP

Ses derniers articles: Ghana: les rastas prêchent pour la paix avant la présidentielle  Ghana: dernière ligne droite avant la présidentielle  RD Congo: nouveaux affrontements entre forces de sécurité et une milice 

armées

AFP

Libye: les principales forces armées en présence

Libye: les principales forces armées en présence

AFP

Le Sénégal va renforcer ses forces armées contre la menace terroriste

Le Sénégal va renforcer ses forces armées contre la menace terroriste

AFP

RDCongo: entre rébellions et forces armées les éléphants ont beaucoup d'ennemis

RDCongo: entre rébellions et forces armées les éléphants ont beaucoup d'ennemis

civils

AFP

RDC: 34 civils tués dans l'attaque d'un village hutu

RDC: 34 civils tués dans l'attaque d'un village hutu

AFP

Mali: un Casque bleu togolais et 2 civils tués dans une attaque

Mali: un Casque bleu togolais et 2 civils tués dans une attaque

AFP

Cameroun: trois civils tués dans un attentat suicide dans l'Extrême-Nord

Cameroun: trois civils tués dans un attentat suicide dans l'Extrême-Nord

forces

AFP

RD Congo: nouveaux affrontements entre forces de sécurité et une milice

RD Congo: nouveaux affrontements entre forces de sécurité et une milice

AFP

Libye: 13 étrangers libérés de Syrte par les forces gouvernementales

Libye: 13 étrangers libérés de Syrte par les forces gouvernementales

AFP

Libye: les forces parallèles de l'est prennent un 3e terminal pétrolier

Libye: les forces parallèles de l'est prennent un 3e terminal pétrolier