mis à jour le

Une image satellite d'un charnier potentiel selon Amnesty International. Crédit photo: REUTERS//Amnesty International
Une image satellite d'un charnier potentiel selon Amnesty International. Crédit photo: REUTERS//Amnesty International

Des images de charniers potentiels au Burundi accusent le régime de Nkurunziza

L'ONG Amnesty International a publié un rapport et des images qui pointent l'existence de charniers potentiels autour de Bujumbura.

C'est une pierre de plus dans le jardin du régime burundais de Pierre Nkurunziza, contesté depuis son maintien au pouvoir grâce à un passe-passe constitutionnel en mai 2015. L'ONG Amnesty International a publié vendredi 29 janvier des images satellites montrant ce qui pourrait être cinq charniers dans la banlieue de Bujumbura. Sur les images, qui datent de fin décembre et début janvier, on peut voir des sites où la terre est retournée, ce qui coïncide avec des déclarations des témoins. Ceux-ci ont raconté à Amnesty International que les fosses ont été creusées dans l'après-midi du 11 décembre, journée la plus meurtrière de la crise qui secoue le Burundi.

Une photo satellite publiée par Amnesty qui indique l'emplacement d'éventuels charniers. Crédit photo: Amnesty International.

«Ces images pointent du doigt une tentative délibérée des autorités de dissimuler l'ampleur des homicides perpétrés par leurs forces de sécurité et d'empêcher la vérité d'éclater au grand jour», a déclaré Muthoni Wanyeki, directrice régionale d'Amnesty International pour l’Afrique de l’Est, la Corne de l’Afrique et les Grands lacs. 

Ces preuves avancées par Amnesty ont poussé les Etats-Unis a appelé à une investigation immédiate sur ces allégations. «Les Etats-Unis sont profondément alarmées par ce rapport concernant de sérieuses violations des droits humains au Burundi, dont des témoignages qui dénoncent l'existence de charniers», a déclaré le porte-parole du Département d'Etat, rapporte le site Quartz.

Outre le site de Buringa, des informations crédibles font état de fosses communes où auraient été enterrées les victimes du 11 décembre et qui se trouveraient en divers endroits, notamment dans les cimetières de Mpanda et de Kanyosha, ajoute Amnesty.

Par ailleurs, deux journalistes du média français Le Monde ont été arrêtés puis libérés par les autorités de Bujumbura, vendredi 29 janvier. Ils enquêtaient sur la répression d'opposants par le régime.

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Le nouveau roi du Rwanda vit dans une petite maison en banlieue de Manchester  Une sécheresse menace des milliers d'éléphants au Zimbabwe, mais l'Etat l'ignore  Dieudonné candidat à la présidence camerounaise, est-ce vraiment sérieux? 

Amnesty International

Printemps arabe

Des témoignages accablants de manifestants marocains victimes de torture

Des témoignages accablants de manifestants marocains victimes de torture

Nigeria

Plus de 200 femmes ex-otages de Boko Haram sont enceintes

Plus de 200 femmes ex-otages de Boko Haram sont enceintes

Tribune

Centrafrique: la solution incontournable des Casques bleus

Centrafrique: la solution incontournable des Casques bleus

Pierre Nkurunziza

Politique

Comment la dérive autocratique du Burundi est influencée par le Rwanda

Comment la dérive autocratique du Burundi est influencée par le Rwanda

FIFA

Quand Sepp Blatter était envoyé au Burundi pour convaincre Nkurunziza de se retirer

Quand Sepp Blatter était envoyé au Burundi pour convaincre Nkurunziza de se retirer

Politique

Comment le pouvoir burundais tente de s'auto-convaincre de sa légitimité

Comment le pouvoir burundais tente de s'auto-convaincre de sa légitimité