mis à jour le

Côte d'Ivoire: Gbagbo, d'opposant respecté

Ancien opposant admiré devenu président controversé, Laurent Gbagbo, 70 ans, toujours très populaire dans ses bastions cinq ans après avoir quitté le pouvoir, reste un personnage central de la vie politique ivoirienne, bien que prisonnier de la Cour pénale internationale (CPI) qui l'accuse de "crimes contre l'humanité".

Pas une journée ou presque ne se passe sans que l'ex-chef de l'Etat, pourtant incarcéré depuis près de cinq ans, ne fasse la une des journaux ivoiriens. Pendant la campagne présidentielle de novembre - qu'il a suivie de sa cellule sans donner de consigne -, Le Temps, acquis à sa cause, a publié à plusieurs reprises des pleines pages du "président Laurent Gbagbo", rêvant toujours de son retour.

L'ancien président, par sa volonté de se maintenir au pouvoir malgré sa défaite face à Alassane Ouattara à la présidentielle de 2010, a précipité son pays dans le chaos. Même si la Côte d'Ivoire, dont la moitié nord était contrôlée par une rébellion depuis 2002, était déjà au bord de l'éruption. 

Plus de 3.000 personnes sont mortes dans la crise postélectorale de décembre 2010-avril 2011. "On ira jusqu'au bout", lançait pourtant crânement Laurent Gbagbo après sa première apparition en décembre 2011 devant la CPI, qui le juge pour son rôle dans ces violences.

A La Haye, l'ancien président entend faire éclater sa "vérité". Pour lui, l'ex-puissance coloniale française a "fait le travail" et est derrière le "complot" qui a conduit à son arrestation le 11 avril 2011 par les forces de son rival, après deux semaines de guerre.

Car celui qui régnait sur le palais présidentiel d'Abidjan depuis octobre 2000 conserve bien des soutiens. 

La CPI a refusé chacune de ses demandes de mises en liberté provisoire en évoquant son réseau de partisans "important et bien organisé" ou une détention "nécessaire" pour garantir sa comparution et "veiller à ce qu'il ne fasse pas obstacle à l'enquête".

- Nationalisme et foi évangélique - 

Avant d'être le premier ex-président détenu par la CPI, Laurent Koudou Gbagbo, né le 31 mai 1945, a eu une vie pleine de bruit et de fureur.

Tribun aimant à se poser en homme du peuple, d'abord activiste syndical, il a été l'opposant en chef au "père de la Nation" Félix Houphouët-Boigny, au pouvoir de 1960 à 1993 et longtemps premier relais de la France en Afrique.

Incorporé de force, emprisonné, il s'exile en France dans les années 1980, après avoir fondé clandestinement le Front populaire ivoirien (FPI), classé à gauche.

Membre de l'ethnie bété (ouest), exclue du partage traditionnel du pouvoir, il se lance ouvertement en politique en 1990, à l'avènement du multipartisme.

Son heure arrive le 26 octobre 2000 quand il accède à la présidence, dans des conditions de son propre aveu "calamiteuses": du scrutin ont été exclus ses principaux rivaux, dont Alassane Ouattara, et des violences agitent le pays.

Il verra la main de Ouattara - malgré les démentis de l'intéressé - derrière la rébellion qui échoue à le renverser en septembre 2002 mais qui prend le contrôle du nord du pays.

Nationaliste farouche sous ses airs bonhommes et son large sourire, chantre d'une "seconde indépendance" vis-à-vis de la France, M. Gbagbo sait s'appuyer sur ses jeunes partisans, les "patriotes", qui enflamment la rue à l'occasion.

Signataire avec les rebelles nordistes de Guillaume Soro d'un accord de paix en 2007, c'est finalement par ces combattants, alliés à Ouattara et aidés des bombardements français, qu'il sera capturé en avril 2011.

En quatre mois de crise, le pays vient alors de frôler la guerre civile, à force d'exactions attribuées aux troupes pro-Gbagbo mais aussi au camp adverse.

D'abord prisonnier à Korhogo, dans la savane du nord ivoirien, puis à La Haye, Laurent Gbagbo se soutient de sa foi chrétienne évangélique, comme son épouse Simone avec qui il a eu deux filles. L'ex-"dame de fer", réclamée par la CPI mais que la  Côte d'Ivoire a voulu juger a écopé de 20 ans de prison en mars. 

Habile orateur à l'incontestable "bagout", Laurent Gbagbo cherchera lui l'acquittement à La Haye. 

AFP

Ses derniers articles: Les Ghanéens dans l'attente des résultats de la présidentielle  RD Congo: dialogue politique de la dernière chance en vue  Accord Canal+ et CAF pour la diffusion de la CAN en Afrique francophone 

controverse

AFP

Le commerce controversé de l'ivoire

Le commerce controversé de l'ivoire

AFP

Libye: Haftar, un général controversé au coeur de la crise qui mine le pays

Libye: Haftar, un général controversé au coeur de la crise qui mine le pays

AFP

Gracié et libéré, Karim Wade quitte le Sénégal, plongé dans la controverse

Gracié et libéré, Karim Wade quitte le Sénégal, plongé dans la controverse

président

AFP

Angola: le président dos Santos ne se présentera pas

Angola: le président dos Santos ne se présentera pas

AFP

Angola: Dos Santos, président énigmatique et tout-puissant

Angola: Dos Santos, président énigmatique et tout-puissant

AFP

Gambie: Yahya Jammeh, imprévisible président

Gambie: Yahya Jammeh, imprévisible président