mis à jour le

Le Parlement libyen rejette le gouvernement d'union

Le Parlement libyen reconnu par la communauté internationale a rejeté lundi le gouvernement d'union nationale récemment formé dans le cadre de l'accord parrainé par l'ONU pour mettre fin au chaos dans ce pays, ont indiqué des députés à l'AFP.

"Nous avons voté le refus de la confiance au gouvernement et nous demandons (...) que soit présenté un nouveau gouvernement", a déclaré un député, Ali al-Gaydi, à l'issue d'une session du parlement réuni à Tobrouk. 

"Des 104 députés présents aujourd'hui, 89 ont dit non" à un cabinet de 32 ministres proposé par le conseil présidentiel dirigé par l'homme d'affaires tripolitain Fayez el-Sarraj, a indiqué M. al-Gaydi.

Pour bénéficier de la confiance des parlementaires, le gouvernement d'el-Sarraj aurait dû recueillir 119 voix, soit les deux tiers plus un.

Le parlement a "rejeté ce gouvernement à cause du nombre des ministres", jugé trop important, a déclaré à l'AFP le député el-Salhine Abdelnabi. Il a réclamé qu'un nouveau gouvernement plus restreint lui soit proposé.

AFP

Ses derniers articles: Angola: le parti au pouvoir lance sa campagne électorale  Le nouveau président ghanéen Nana Akufo-Addo, un avocat libéral et persévérant  Gambie: l'UA condamne le revirement du président Jammeh 

gouvernement

AFP

Guinée-Bissau: le président démet le gouvernement

Guinée-Bissau: le président démet le gouvernement

AFP

Maroc: toujours pas de nouveau gouvernement un mois après le scrutin

Maroc: toujours pas de nouveau gouvernement un mois après le scrutin

AFP

L'Ethiopie remanie son gouvernement après des manifestations

L'Ethiopie remanie son gouvernement après des manifestations

parlement

AFP

Egypte: docile, le Parlement résiste rarement

Egypte: docile, le Parlement résiste rarement

AFP

Libye: le Parlement refuse la confiance au gouvernement d'union

Libye: le Parlement refuse la confiance au gouvernement d'union

AFP

Tunisie: le Parlement retire sa confiance au gouvernement

Tunisie: le Parlement retire sa confiance au gouvernement