SlateAfrique

mis à jour le

RDC - Un chanteur populaire victime de son succès

Mais qu'est-il donc arrivé à l'artiste congolais Fabrice Mupsiritsa, star de la chanson en République démocratique du Congo? Enlevé au nord-est de la RDC le vendredi 4 novembre, sa disparition avait soulevé l’émoi dans la région et semé le trouble dans l'est de la RDC, notamment à Goma, localité où le musicien est très populaire. Depuis vendredi, ses proches s’inquiétaient et «accusaient la garde présidentielle de Joseph Kabila», le président congolais, d’être à l’origine de sa disparition.

Sauf que dans la nuit, le célèbre chanteur a été retrouvé ligoté et couvert de blessures à la périphérie de Goma, rapporte Direct CD, un site d'informations basé à Kinshasa et consacré à la RDC. «C’est au quartier Mugunga, sur la route de Sake, que Fabrice Mupsiritsa a été retrouvé vers 3h du matin», affirme le maire de la ville.

«Un témoin affirme l’avoir retrouvé abandonné dans la brousse, mains liées et yeux bandés; son corps paraissait avoir subi des sévices, si bien qu’il ne pouvait pas s’exprimer», précise le site congolais.

La disparition de l'artiste avait engendré une série de manifestations de jeunes appelant au boycott des élections législatives et présidentielles du 28 novembre en RDC si le chanteur n’était pas retrouvé.

«Toute la jeunesse a barricadé la route et ont pris des pierres et demandent demande que Fabrice soit retrouvé», confiait un ami du chanteur au micro de RFI.

L'enlèvement de Fabrice Mupsiritsa et les sévices que le chanteur a subi, ses proches l’expliquent par la sortie d’un futur album en swahili, en appui à la campagne électorale de certains candidats de l’opposition, rapporte Direct CD.

Toutefois à trois semaines des élections, des tensions sont perceptibles dans tout le pays. Des affrontements ont éclaté entre deux camps politiques rivaux, samedi 5 novembre, à Lubumbashi, le chef lieu de la province du Katanga située au sud de la RDC.

Le passage d'une caravane de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), un parti d'opposition, devant le local de l'Union nationale des fédéralistes du Congo (Unafec), un parti allié à la majorité présidentielle, a engendré des heurts violents faisant une quizaine de blessés, rapporte RFI.

Lu sur Direct CDRFI

A lire aussi

RDC: d'anciens réfugiés de guerre prêts à voter

RDC: Quand la guerre devient nomade

Etienne Tshisekedi, la dernière lutte du sphinx