mis à jour le

Tunisie: couvre-feu

Un couvre-feu a été décrété mardi à Kasserine, ville défavorisée du centre-ouest de la Tunisie, où 14 personnes ont été blessées lorsque la police a dispersé des manifestants réclamant des emplois.

La situation à Kasserine est tendue depuis le décès samedi d'un chômeur de 28 ans, Ridha Yahyaoui, qui s'était électrocuté après être monté sur un poteau près du siège du gouvernorat pour protester contre son retrait d'une liste d'embauches dans la fonction publique.

Mardi en matinée, près de 500 personnes selon un correspondant de l'AFP - un millier d'après un responsable du ministère de l'Intérieur - s'étaient rassemblées devant le siège du gouvernorat en scandant "Le travail est un droit".

"Certains ont lancé des pierres, d'autres sont montés sur le toit du gouvernorat. La police les a dispersés avec du gaz lacrymogène", a déclaré le responsable du ministère.

"Quatorze personnes se trouvent à l'hôpital régional, toutes pour des blessures légères", a par la suite indiqué à l'AFP le gouverneur de Kasserine, Chedly Bouallègue.

Le ministère de l'Intérieur a annoncé en fin d'après-midi qu'un couvre-feu avait été imposé à "Kasserine de 18H00 à 05H00 du matin à compter du 19 janvier".

La situation était "stable" à la mi-journée selon le responsable du ministère, mais des habitants avaient coupé l'une des principales rues de la ville avec des pneus en feu et l'armée s'était déployée devant le siège du gouvernorat, a précisé le correspondant de l'AFP.

Des commerces ainsi que la Poste et des écoles ont fermé plus tôt que d'habitude en raison des troubles.

Dimanche, suite au décès de Ridha Yahyaoui, plusieurs dizaines d'habitants avaient déjà exprimé leur colère en brûlant des pneus dans la ville. Lundi, 150 à 200 personnes avaient également protesté sur l'avenue Habib Bourguiba à Tunis, en brandissant des portraits du jeune homme.

Un haut responsable du gouvernorat de Kasserine a été limogé à la suite de ce décès et la présidence du gouvernement a annoncé l'ouverture d'une enquête.

Kasserine, l'une des régions les plus pauvres de Tunisie, a plusieurs fois connu depuis la révolution de 2011 des mouvements de protestation dégénérant parfois en affrontements violents avec la police sur fond de misère et de chômage.

Ces maux sont persistants dans le pays bien qu'ils aient largement motivé, à l'époque, le soulèvement contre le régime du dictateur Zine El Abidine Ben Ali.

AFP

Ses derniers articles: La pandémie propulse les besoins humanitaires  La "superfood" myrtille, petite baie prometteuse pour l'Afrique du Sud  Algérie: le président Tebboune va rentrer "dans les prochains jours" 

couvre-feu

AFP

Cas de Covid-19 en hausse: le Kenya étend le couvre-feu et interdit les rassemblements politiques

Cas de Covid-19 en hausse: le Kenya étend le couvre-feu et interdit les rassemblements politiques

AFP

La fièvre retombe

La fièvre retombe

AFP

Rues désertes et boutiques fermées: Lagos sous couvre-feu après les violences

Rues désertes et boutiques fermées: Lagos sous couvre-feu après les violences

heurts

AFP

Ouganda: trois morts dans des heurts après une nouvelle arrestation de Bobi Wine

Ouganda: trois morts dans des heurts après une nouvelle arrestation de Bobi Wine

AFP

Présidentielle en Guinée: des heurts meurtriers

Présidentielle en Guinée: des heurts meurtriers

AFP

Candidature de Ouattara en Côte d'Ivoire: heurts entre opposants et forces de l'ordre

Candidature de Ouattara en Côte d'Ivoire: heurts entre opposants et forces de l'ordre

Kasserine

AFP

Tunisie: deux jihadistes présumés tués dans la région de Kasserine

Tunisie: deux jihadistes présumés tués dans la région de Kasserine

AFP

Tunisie: marginalisée, la ville de Kasserine demande réparation

Tunisie: marginalisée, la ville de Kasserine demande réparation

AFP

Tunisie: heurts entre policiers et manifestants dans la région de Kasserine

Tunisie: heurts entre policiers et manifestants dans la région de Kasserine