mis à jour le

Angola: début du procès du gourou jugé pour la mort de neuf policiers

Le procès du gourou angolais Julino Kalupeteka, chef de la secte évangélique illégale "Lumière du monde", accusé avec dix fidèles de l'homicide de neuf policiers en 2015, a débuté lundi matin à Huambo (centre-ouest), selon les médias locaux. 

"Nous allons utiliser tous les arguments afin que Kalupeteka puisse recouvrir la liberté," a déclaré à la presse locale l'avocat Salvador Freire, qui assure avec deux de ses collègues la défense de M. Kalupeteka et de dix autres fidèles.   

Le 16 avril 2015, la police avait lancé une opération à Sao Pedro Sumé, une localité difficile d'accès dans la montagne, dans la province de Huambo, afin d'arrêter Juliano Kalupeteka, accusé de perturber l'ordre public.

Le gourou, qui avait annoncé la fin du monde pour 2015, vivait reclus avec 3.000 fidèles et avait appelé ces derniers à retirer leurs enfants des écoles du pays.

L'intervention de la police, dont les détails restent extrêmement sommaires, s'était officiellement soldée par la mort de 22 personnes (13 civils et 9 policiers). Un chiffre contesté par l'opposition, qui a avancé un bilan de 1.080 morts.

Selon l'acte d'accusation, les neuf policiers ont été tués principalement à coups de machettes, d'objets contondants ou de bâtons et les agents avaient répliqué à des coups de feu tirés par les membres de la secte, entraînant la mort de 13 civils.

Pour les avocats de la défense, les chants et les prières pacifiques de la foule au moment de l'arrestation des accusés prouvent que les membres de la secte ne voulaient pas s'en prendre à la police.  

Julino Kalupeteka est jugé avec dix de ses fidèles, dont le plus jeune a 18 ans. Tous sont accusés d'"homicide aggravé" et risquent entre 20 et 30 ans de prison selon la loi angolaise. 

Les trois avocats de la défense, parmi lesquels figure David Mendes, qui défend également les 17 opposants au régime jugés à Luanda pour "rébellion" et "tentative de coup d'Etat", ont été mobilisés par l'association Mains Libres, qui défend les droits de l'Homme dans le pays et qui a organisé une collecte de fonds pour ce procès. 

AFP

Ses derniers articles: Le monde compte plus de 40 millions d'esclaves  Niger: trois militants innocentés après une manifestation violente  Opposition en RDC: un cadre empêché de quitter le pays, deux militants "enlevés" 

juge

AFP

Ethiopie: un ancien proche de Mengistu jugé aux Pays-Bas

Ethiopie: un ancien proche de Mengistu jugé aux Pays-Bas

AFP

Ethiopie: un ancien proche de Mengistu jugé aux Pays-Bas

Ethiopie: un ancien proche de Mengistu jugé aux Pays-Bas

AFP

Le Soudan gracie un défenseur des droits de l'Homme jugé pour espionnage

Le Soudan gracie un défenseur des droits de l'Homme jugé pour espionnage

mort

AFP

Guinée: un mort lors de manifestations d'élèves contre la situation dans l'éducation

Guinée: un mort lors de manifestations d'élèves contre la situation dans l'éducation

AFP

Maroc: un mort et deux blessés dans une fusillade

Maroc: un mort et deux blessés dans une fusillade

AFP

Mugabe pour le rétablissement, dans les faits, de la peine de mort

Mugabe pour le rétablissement, dans les faits, de la peine de mort

policiers

AFP

Au Zimbabwe, l'armée a fait fuir Mugabe... et les policiers corrompus

Au Zimbabwe, l'armée a fait fuir Mugabe... et les policiers corrompus

AFP

Tunisie: des centaines de policiers manifestent pour leur "protection"

Tunisie: des centaines de policiers manifestent pour leur "protection"

AFP

Tunisie: l'un des deux policiers poignardés par un "extrémiste" est décédé

Tunisie: l'un des deux policiers poignardés par un "extrémiste" est décédé