mis à jour le

La version africaine de "Parents, mode d'emploi" bientôt adaptée au Gabon

Comment un couple s'en sort-il aujourd'hui avec trois enfants de 8 à 16 ans ? Après le succès en France de "Parents mode d'emploi", la mini-série s'exporte au Gabon... dans une version africaine tout aussi déjantée, où faire de son mieux revient souvent à éviter le pire.

"Papa, maman, vous pouvez m'aider pour les accents s'il vous plaît ?" Réponse hilare de Fatou Ndong, la mère : "Le spécialiste des accents, là, c'est ton père !"

Avec des mimiques grotesques, son mari complice se lance aussitôt dans une caricature délirante : Camerounais, Sénégalais, Nigérians... tous les voisins africains, ou presque, y passent.

"C'est bien mais l'accent grave, l'accent aigu, l'accent circonflexe, c'est qui le spécialiste ?", insiste le fiston de huit ans, cahier de devoirs à la main. - "Heu...." Magloire Ndong est indéniablement un père de famille attentionné. Un imitateur hors pair, aussi. Mais un champion d'orthographe, c'est moins sûr.

Le pilote de la première saison, tournée au mois de novembre à Libreville, reste fidèle aux codes de la version originale. Un format court et rythmé, avec 60 épisodes de 3 minutes entièrement filmés à l'intérieur de la maison familiale, et un jeu d'acteurs drôle et souvent décalé.

Tout comme Isa et Gaby Martinet, héros du programme français, Magloire et Fatou Ndong, couple de quadragénaires et parents de trois enfants dont deux adolescents - Junior, Gladys et Hippolyte - tentent d'être à la hauteur de leur tâche, jonglant comme ils peuvent entre grands principes et contradictions, avec une bonne dose de mauvaise foi.

Beaucoup de ressemblances avec l'originale, donc, mais un gros travail d'adaptation a été fait car le programme s'adresse avant tout aux Africains : la série doit être co-diffusée dès le mois de février par TV5 Monde Afrique et la chaîne privée panafricaine Kanal 7, basée à Libreville.

"Dans la version africaine, nous avons joué sur l'idée qu'il y a une mutation aujourd'hui entre tradition et modernité sur le continent : d'un côté, on a un père très traditionaliste qui vient de Mouila (sud-ouest du Gabon), incarné par Omar Defunzu, et de l'autre une mère qui a fait ses études en France, plus ouverte", explique la réalisatrice franco-gabonaise Samantha Biffot, qui a elle-même grandi entre les deux pays. 

La société qu'elle a créée, Princesse M Productions, en collaboration avec une autre société locale, Watara Productions, a obtenu les droits d'adaptation.

- Production 100% gabonaise -

"On essaye de se moquer des travers des deux types d'éducation", s'amuse la jeune femme, lauréate en 2013 du prix de la meilleure série TV au Festival Panafricain du Cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco), le plus prestigieux sur le continent, pour une création propre, "L'½il de la Cité".

Pour son rôle, Omar Defunzu, humoriste très populaire dans ce petit pays d'Afrique centrale, n'hésite pas à grossir les clichés, par exemple lorsqu'il veut à tout prix envoyer son fils de huit ans "au village" pour participer à des rites initiatiques censés faire de lui un homme.

Et quand la mère Fatou tente le dialogue après que l'aîné se soit fait exclure du lycée, lui n'y va pas par quatre chemins, cela mérite des claques, point final.

"La société gabonaise a beaucoup évolué sur les valeurs: les enfants sont plus gâtés aujourd'hui qu'à mon époque, ils vivent en grande majorité à Libreville et parlent à peine les langues locales", regrette Defunzu. 

Pour le comédien, "il y a une vraie confrontation dans ce couple qui se bat pour élever ses enfants. Le but est d'essayer de trouver un équilibre. Quand je regarde (l'émission de télé-réalité française) +Pascal le grand frère+, c'est fou, les enfants (occidentaux) qui insultent leurs parents, leur tapent dessus. Heureusement, on ne peut pas voir ça ici!"

Avec 4,5 millions de téléspectateurs au rendez-vous chaque soir, "Parents mode d'emploi" a fait un carton en France. Le format gabonais, réalisé avec un budget modeste d'environ 40.000 euros sera-t-il à la hauteur ? 

"C'était un pari intéressant (...) On verra bien comment ce sera accueilli en Afrique", répond Samantha Biffot, fière de porter cette production "100% gabonaise". 

AFP

Ses derniers articles: En Ouganda, les rescapés de la LRA suivent avec émotion le procès d'un de leurs bourreaux  Les armées africaines sous-équipées face aux jihadistes  Libye: dans Syrte repris, la traque aux derniers jihadistes 

Gabon

AFP

Les observateurs de l'UE au Gabon étaient sur écoute, assure un hebdo français

Les observateurs de l'UE au Gabon étaient sur écoute, assure un hebdo français

AFP

Le Gabon solde toujours sa crise post-électorale

Le Gabon solde toujours sa crise post-électorale

AFP

Opep: le Gabon soutiendra la position majoritaire sur un gel de la production

Opep: le Gabon soutiendra la position majoritaire sur un gel de la production

mode

AFP

Les Libériens délaissent la mode occidentale pour se saper

Les Libériens délaissent la mode occidentale pour se saper

Discrimination

Des élèves noires de Pretoria manifestent pour défendre leurs cheveux crépus

Des élèves noires de Pretoria manifestent pour défendre leurs cheveux crépus

AFP

Au Togo, la tradition ancestrales des perles revient

Au Togo, la tradition ancestrales des perles revient