mis à jour le

Un opposant au président Pierre Nkurunziza au milieu de barricades en feu, le 22 mai 2015. Crédit photo: REUTERS/Goran Tomasevic
Un opposant au président Pierre Nkurunziza au milieu de barricades en feu, le 22 mai 2015. Crédit photo: REUTERS/Goran Tomasevic

L'ONU est impuissante face à un éventuel génocide au Burundi selon un mémo interne

C'est ce que dit un rapport des Nations unis qu'a pu se procurer le site Vice.

Le Burundi inquiète la communauté internationale depuis le «coup d'Etat constitutionnel» du président Pierre Nkurunziza, qui a modifié la constitution de son pays en mai 2015 pour se maintenir au pouvoir à l'issue des élections en juin en obtenant un troisième mandat. Depuis, des tensions secouent régulièrement le pays. Des militaires ont tenté un putsch, finalement raté, et des milliers de Burundais ont fui dans les pays voisins dans la crainte d'éventuelles violences. 

L'International crisis group tirait la sonnette d'alarme dans un rapport publié en novembre:

«Le Burundi fait face à la possibilité d'atrocités de masse et d'une guerre civile. Il apparaît que le président Pierre Nkurunziza et son entourage utilisent la force pour mettre fin aux manifestations qui ont lieu à Bujumbara depuis avril. Le langage qui est utilisé est sensiblement similaire à celui du Rwanda dans les années 1990 avant le génocide.»

À lire aussi: Au Burundi, le langage qui a poussé au génocide rwandais est de retour

Et dans le cas d'un scénario du pire, les casques bleus de l'ONU n'y pourront rien. «Les Nations unies ne sont absolument pas préparées à la possibilité d'une aggravation de la situation au Burundi», a révélé le site Vice qui s'est procuré un mémo confidentiel du Département des opérations de maintien de la paix (DOMP) de l'organisation jeudi 14 janvier.

«Les missions de maintien de la paix des Nations unies sont limitées dans leur capacité à gérer les violences de masse contre les civils, les violences comparables à un génocide. Notamment parce qu'il manque un cadre politique et le consentement du pays hôte et/ou des principaux partis du conflit», écrit notamment le DOMP dans ce mémo.

La crainte d'une nouvelle guerre civile au Burundi est donc très sérieuse, dix ans après la fin du conflit meurtrier qui avait déchiré le pays et avait abouti à l'arrivée de Pierre Nkurunziza au pouvoir. Le 11 décembre 2015, des hommes armés avaient attaqué trois bases militaires burundaises. En représaille, les forces de sécurité avaient tué plus de 150 civils, selon la Fédération internationale des droits de l'homme.

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Au Cameroun anglophone, un village d'irréductibles résiste à la coupure internet  La ville du Cap n'a plus que 100 jours de réserve d'eau  En Côte d'Ivoire, le gouvernement interdit la vente de cartes SIM aux moins de 16 ans 

génocide

AFP

Génocide au Rwanda: le pape "implore le pardon de Dieu"

Génocide au Rwanda: le pape "implore le pardon de Dieu"

AFP

Non-lieu en France dans une enquête sur le génocide au Rwanda

Non-lieu en France dans une enquête sur le génocide au Rwanda

AFP

Namibie: recours collectif indigène contre l'Allemagne pour génocide présumé

Namibie: recours collectif indigène contre l'Allemagne pour génocide présumé

Pierre Nkurunziza

Politique

Comment la dérive autocratique du Burundi est influencée par le Rwanda

Comment la dérive autocratique du Burundi est influencée par le Rwanda

FIFA

Quand Sepp Blatter était envoyé au Burundi pour convaincre Nkurunziza de se retirer

Quand Sepp Blatter était envoyé au Burundi pour convaincre Nkurunziza de se retirer

Politique

Comment le pouvoir burundais tente de s'auto-convaincre de sa légitimité

Comment le pouvoir burundais tente de s'auto-convaincre de sa légitimité