mis à jour le

Des touristes admirent des éléphants dans le parc Amboseli, en 2013. Crédit photo: REUTERS/Thomas Mukoya
Des touristes admirent des éléphants dans le parc Amboseli, en 2013. Crédit photo: REUTERS/Thomas Mukoya

Les Kényans découvrent que le tourisme dans leur pays n'est pas réservé aux étrangers

La classe moyenne commence à voyager à travers le pays.

Le Kenya est un paradis pour touristes occidentaux et asiatiques, qui foulent les plages de sable blanc à Zanzibar, touchent la neige du Mont Kenya où s'aventurent dans les réserves pour du safari. Mais aujourd'hui, comme l'explique le site américain Quartz, la tendance est en train de changer. L'industrie touristique kényane vise aussi les citoyens de la classe moyenne du pays. 

A lire aussi: Quand la guerre des bitcoins déchire le Kenya

"Le tourisme domestique est devenu très important pendant la période des fêtes et c'est une clientèle bienvenue. La croissance de la classe moyenne est en train de créer une différence sur le marché", a confié à Quartz Njoroge Nguru, confondateur de Muse Digital, un organisme qui promouvoit le tourisme au Kenya.

Cette croissance du tourisme intérieur est cruciale pour le Kenya. Le pays du safari a vu ses recettes fondres depuis plusieurs années et la multiplication des attaques terroristes des Shabab somaliens, combattants islamistes liés à Daech. Depuis 2011, le nombre de visiteurs étrangers a chuté de 1,8 million à 1,35 million, selon les chiffres du Kenya national bureau of statistics. Une baisse conséquente pour le pays.

A lire aussi: Vous pouvez maintenant faire un safari au Kenya grâce à Google view

Les autorités kényanes ont bien saisi la hauteur de l'enjeu, et le Kenya Tourism Board, destiné à promouvoir le tourisme dans le pays, a axé cette année ses efforts sur la classe moyenne kényane. Un clip vidéo met en scène un jeune kényan qui fait du rafting, profite de la plage et s'envole dans une mongolfière pendant que ses amis restent scotchés devant leur télé. Le slogan: "Nous sommes dehors. Et toi?".

Mais comme le précise Quartz, les touristes kényans dépensent bien moins que les étrangers. Pour renouer avec ses recettes touristes d'avant 2011, le Kenya doit donc viser ces deux clientèles bien distinctes mais complémentaires.

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Les dix pays les pires pour les enfants sont tous situés en Afrique  Des dizaines de langues locales sont en voie de disparition en Afrique  Oui, le débit internet est plus rapide au Kenya qu'aux Etats-Unis 

Shabab

Casques Bleus

Personne n'en parle, mais le Royaume-Uni va envoyer des troupes en Somalie

Personne n'en parle, mais le Royaume-Uni va envoyer des troupes en Somalie

USA

Le déplacement d'Obama à Nairobi ressemble à une visite dans un pays en guerre

Le déplacement d'Obama à Nairobi ressemble à une visite dans un pays en guerre

tourisme

AFP

La Gambie veut tourner la page du tourisme sexuel

La Gambie veut tourner la page du tourisme sexuel

AFP

L'embellie se confirme pour le tourisme au Maroc

L'embellie se confirme pour le tourisme au Maroc

AFP

La Côte d'Ivoire va investir dans le tourisme médical

La Côte d'Ivoire va investir dans le tourisme médical