mis à jour le

Nigeria: sept personnes tuées par Boko Haram dans le nord-est

Sept personnes ont été tuées au Nigeria dans les premières attaques menées par Boko Haram depuis l'affirmation, en décembre, du président Muhammadu Buhari, que le groupe islamiste avait été "techniquement" vaincu, ont rapporté des habitants mercredi.

Ces attaques, les premières menées en 2016, ont eu lieu mardi dans l'Etat de Borno, dans le nord-est du Nigeria, non loin de la forêt de Sambisa, fief historique de Boko Haram, où l'armée mène régulièrement des raids afin de chasser les derniers insurgés.

Le président Muhammadu Buhari a déclaré le mois dernier avoir "techniquement remporté la guerre" et avoir "freiné considérablement l'insurrection" de Boko Haram. 

La première attaque a eu lieu dans le village d'Izgeki, selon un habitant du nom d'Isyaku qui se trouve à Mubi, dans l'Etat voisin d'Adamawa.

"J'ai été informé par des gens de ma famille qui ont fui l'attaque (...): Des hommes armés de Boko Haram ont attaqué Izgeki (...) à vélo, mardi matin, ils ont tué deux personnes", a-t-il déclaré à l'AFP.

"A cause de cette attaque, les villageois ont traversé la rivière et sont entrés dans . Les hommes armés les ont poursuivis. L'un d'entre eux qui avait une ceinture d'explosifs s'est fait sauter près du marché, il a tué cinq personnes", a-t-il poursuivi.

La ville d'Izghe avait déjà été attaquée en février 2014, et plus de 100 personnes avaient été tuées quand des insurgés avaient mis le feu à leurs maisons, tiré des coups de feu et déclenché des explosifs.

Des milliers d'habitants avaient pris la fuite vers l'Etat voisin d'Adamawa notamment. Mais suite à la reprise de cette ville par l'armée, la population avait commencé à revenir.

Selon Ayuba Chibok, du village de Chibok, une autre attaque a eu lieu dans le village de Nchiha --également situé dans l'Etat de Borno-- mardi vers 22h00 locales (21H00 GMT).

"Heureusement personne n'a été blessé, mais ils ont pris la nourriture et ils ont brûlé une grande partie du village", a-t-il précisé.

Elu début 2015, M. Buhari (73 ans), promettait dans son programme d'écraser l'insurrection de Boko Haram, lancée en 2009 dans le nord-est du Nigeria pour imposer un Etat islamique, et qui a fait plus de 17.000 victimes. 

Selon un décompte de l'AFP, au moins 1.624 personnes ont été tuées entre l'investiture de M. Buhari en mai et la fin de l'année 2015.

"Je pense (...) que nous avons techniquement remporté la guerre parce que les gens sont en train de regagner leurs quartiers", a déclaré M. Buhari à la BBC quelques jours avant le 31 décembre, date qu'il avait fixée pour vaincre le groupe islamiste.

Dans son adresse à la Nation à l'occasion du Nouvel An, il a ensuite félicité l'armée pour avoir "freiné considérablement l'insurrection" de Boko Haram, ajoutant toutefois que "beaucoup de travail reste à faire dans le domaine de la sécurité". 

Pour Jacob Zenn, spécialiste des questions de sécurité en Afrique à la fondation Jamestown à Washington, la stratégie mise au point par M. Buhari fonctionne, mais si le groupe islamiste est "déstabilisé", il n'a pas été vaincu pour autant.

"Boko Haram pourrait recommencer à se cacher, comme après l'instauration de l'Etat d'urgence en 2013, et attendre que les forces de l'ordre baissent la garde avec le temps", a-t-il déclaré à l'AFP.

"La menace de Boko Haram n'a pas arrêté de fluctuer ces cinq dernières années. Donc si Boko Haram est en recul en ce moment, le groupe pourrait avoir de nouvelles tactiques et stratégies et prévoir de revenir encore plus fort qu'avant", a ajouté M. Zenn.

AFP

Ses derniers articles: Ghana: les rastas prêchent pour la paix avant la présidentielle  Ghana: dernière ligne droite avant la présidentielle  RD Congo: nouveaux affrontements entre forces de sécurité et une milice 

haram

AFP

Cameroun: six militaires tués dans une attaque de Boko Haram

Cameroun: six militaires tués dans une attaque de Boko Haram

AFP

Recul de Boko Haram et de l'EI: moins de morts en 2015

Recul de Boko Haram et de l'EI: moins de morts en 2015

AFP

Nigeria: Boko Haram promet de poursuivre "la guerre" sous Trump

Nigeria: Boko Haram promet de poursuivre "la guerre" sous Trump