mis à jour le

Des femmes manifestent pour la liberté des lycéennes de Chibok, le 1er janvier 2016. Photo: REUTERS/Afolabi Sotunde
Des femmes manifestent pour la liberté des lycéennes de Chibok, le 1er janvier 2016. Photo: REUTERS/Afolabi Sotunde

Pourquoi Boko Haram a perdu la bataille militaire mais pas la guerre

L'armée nigériane a vaincu les insurgés islamistes. Mais la crise n'est pas résolue au Nigeria.

Au Nigeria, le président Muhammadu Buhari a voulu endosser le costume de père Noël et déposer un gros cadeau au pied du sapin pour ses concitoyens (et électeurs). Mais en déchirant l'emballage surprise, le jouet n'est plus aussi attrayant que prévu. 

A lire aussi: Boko Haram est au bord de l'explosion

Le 24 décembre, Buhari a annoncé dans une interview à la BBC que l'armée nigériane avait "techniquement vaincu" les combattants de Boko Haram, après plusieurs mois de luttes intenses dans le nord-est du pays. Le président a ajouté que le groupe terroriste ne pourrait désormais plus mener "d'attaques conventionnelles" contre les forces de sécurité où des villes. Le gouvernement envisage même de fermer les camps de réfugiés sur son territoire, arguant que le Nigérians qui ont quitté certaines zones du nord-est peuvent aujourd'hui y retourner en toute sécurité.

Mais si, il est indubitable que Boko Haram est aujourd'hui considérablement affaiblie d'un point de vue militaire, l'organisation n'a pas disparu. 

"Le gouvernement ne peut pas s'autoriser à considérer la défaite militaire de la secte comme une résolution de la crise dans le nord-est du Nigeria", analyse le site d'informations Quartz.

Multiplication d'attaques suicides

Le groupe terroriste qui a perdu le bras de fer avec l'armée nigériane dans la confrontation directe sur le terrain, n'est plus aujourd'hui dans une logique de contrôle d'un territoire, comme l'Etat islamique en Syrie-Irak, mais est revenu à une tactique d'attaques éclairs menées contre des populations et les forces de sécurité. Boko Haram a ainsi multiplié ces derniers mois les attentats suicides qui visent uniquement à faire un maximum de victimes. Rien que ces derniers jours, deux kamikazes ont fait 30 morts à Maiduguri et 25 à Madagali dans des attaques à la bombe.

"En matière de sécurité dans le nord-est, une définition plus large de la "sécurité" doit être adoptée", écrit le site Quartz. Ce n'est pas suffisant d'affaiblir les capacités opérationnelles de Boko Haram, les citoyens du nord-est doivent aussi être assistés pour rebâtir leurs maisons, pour revitaliser leur économie et réétablir les routes commerciales".

En définitive, pour vaincre Boko Haram, il faut appauvrir le terreau favorable à l'existence de l'organisation: la pauvreté, l'exclusion des populations rurales du boom économique, et combattre par l'éducation la propagande idéologique de la secte islamique.

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Les dix pays les pires pour les enfants sont tous situés en Afrique  Des dizaines de langues locales sont en voie de disparition en Afrique  Oui, le débit internet est plus rapide au Kenya qu'aux Etats-Unis 

Boko Haram

Social Network

L'immense succès d'un groupe Facebook secret pour les femmes nigérianes

L'immense succès d'un groupe Facebook secret pour les femmes nigérianes

Otages

Le Nigeria a refusé que des militaires britanniques libèrent les filles de Chibok

Le Nigeria a refusé que des militaires britanniques libèrent les filles de Chibok

Zone de guerre

L'Afrique de l'Ouest sera encore sous la menace djihadiste en 2017

L'Afrique de l'Ouest sera encore sous la menace djihadiste en 2017