mis à jour le

Le roi du clan de Mandela entame une peine de 12 ans de prison en Afrique du Sud

Le roi coutumier de la tribu de Nelson Mandela, les Thembu, a commencé jeudi à purger une peine de douze ans de prison pour incendie volontaire, enlèvement et coups et blessures sur ses "sujets".

Le roi Buyelekhaya Dalindyebo s'est présenté au Centre de détention correctionnel de Mthatha, dans la province du Cap-Oriental, après avoir perdu cette semaine une dernière bataille pour éviter la prison.

Il avait été condamné en 2009 à quinze ans pour homicide, incendie volontaire et coups et blessures, mais avait vu sa peine réduite à douze ans en appel, après l'abandon des poursuites pour homicide.

Une demande de prorogation de sa mise en liberté surveillée a été rejetée mercredi par un tribunal de la ville de Mthatha, située près de Qunu, le village d'enfance de Nelson Mandela.

"Nous confirmons que le roi Buyelekhaya Dalindyebo s'est présenté de lui-même au chef du service pénitentiaire de Mthatha", a rapporté le ministère de la Justice dans un communiqué.

Il devrait purger sa peine à la prison de Wellington, à l'extérieur de Mthatha.

Âgé de 51 ans, le roi des Thembu, qui se revendique fumeur de marijuana, avait été condamné pour avoir mis le feu à des campements de certains de ses "sujets" qui avaient résisté à des ordres d'expulsion.

Il avait également été condamné pour avoir roué de coups trois jeunes hommes qui avaient déjà été passés à tabac par les gardes du roi sur des suspicions de viol et cambriolage.

Le monarque avait également été reconnu coupable de l'enlèvement de la femme et des enfants d'un de ses "sujets" qu'il avait dénoncé comme "dissident".

La Cour suprême avait conclu que le roi coutumier faisait "régner la terreur" et que sa conduite était "des plus déplorables car les victimes de son pouvoir sont les plus vulnérables des pauvres ruraux".

Dalindyebo est devenu en 1989 roi des Thembu, un groupe de l'ethnie des Xhosa dont Mandela, premier président noir d'Afrique du Sud, est le membre le plus célèbre.

La famille royale va se réunir la semaine prochaine pour décider si un successeur doit lui être désigné.

Les rois coutumiers n'ont plus officiellement de pouvoir en Afrique du Sud mais ils continuent de bénéficier de la loyauté de millions de gens, leur statut de chefs traditionnels est reconnu par la Constitution et ils reçoivent des subsides de l'Etat.

AFP

Ses derniers articles: Wilmots (Côte d'Ivoire): "Voir si mon estomac est costaud"  Yémen : des ONG dressent un tableau humanitaire apocalyptique  Le virtuose ivoirien Paco Sery: un demi-siècle 

Afrique

AFP

Sauver l'année scolaire, un enjeu majeur au Gabon et en Afrique centrale

Sauver l'année scolaire, un enjeu majeur au Gabon et en Afrique centrale

AFP

Afrique du Sud: la famille Mandela déchirée par l'héritage ANC

Afrique du Sud: la famille Mandela déchirée par l'héritage ANC

AFP

Afrique du Sud: solution provisoire

Afrique du Sud: solution provisoire

clan

AFP

La Suisse continue d'enquêter sur la fortune du clan l'ex-président égyptien Moubarak

La Suisse continue d'enquêter sur la fortune du clan l'ex-président égyptien Moubarak

AFP

Egypte: peines de prison confirmées pour le clan Moubarak dans une affaire de corruption

Egypte: peines de prison confirmées pour le clan Moubarak dans une affaire de corruption

AFP

Athlétisme: le clan Diack pointé du doigt par le rapport de l'AMA

Athlétisme: le clan Diack pointé du doigt par le rapport de l'AMA

Mandela

AFP

Les "enfants" de Mandela veulent "décoloniser" la fac

Les "enfants" de Mandela veulent "décoloniser" la fac

Sida

Seize ans après, Durban se rappelle le discours fort d'un enfant sur le Sida

Seize ans après, Durban se rappelle le discours fort d'un enfant sur le Sida

AFP

Un agent de la CIA affirme avoir contribué

Un agent de la CIA affirme avoir contribué