mis à jour le

Tunisie: trois extrémistes condamnés

Trois Tunisiens ont été condamnés à la peine capitale pour avoir égorgé un policier alors qu'il rentrait chez lui, a indiqué mercredi le Parquet à l'AFP.

Un quatrième Tunisien en fuite et âgé de 42 ans, a été condamné à 22 ans de prison ferme pour avoir "incité et aidé à commettre des crimes terroristes", selon le Parquet.

Les quatre hommes "membres d'un groupe terroriste" ont été jugés mardi par le tribunal de première instance de Tunis pour le meurtre en janvier d'un policier dans la région d'El Fahs, à une soixantaine de km au sud-ouest de Tunis, a-t-il précisé.

Trois d'entre eux âgés de 21 à 26 ans ont été condamnés à la peine capitale pour "homicide volontaire avec préméditation". Ils ont aussi écopé de peines allant de 10 à 22 ans de prison pour "appartenance à un groupe terroriste et incitation à commettre des crimes terroristes".

Ils doivent en outre payer un dédommagement pour préjudice moral d'un montant de 20.000 dinars (environ 9.000 euros) aux parents de la victime, tuée à l'âge de 23 ans, et 25.000 dinars (environ 11.000 euros) à ses cinq frères et s½urs.

Après ce meurtre, le ministère de l'Intérieur avait émis une circulaire autorisant les agents de police à garder leur arme après le travail.

Le 17 novembre, trois personnes -dont deux sont en fuite- ont été condamnées à mort pour le meurtre d'un policier en mai 2013. 

Depuis son indépendance en 1956, la Tunisie a procédé à 135 exécutions, pour l'essentiel sous la présidence de Habib Bourguiba (1957-1987). Le pays observe toutefois un moratoire sur les exécutions depuis 1991.

La nouvelle loi antiterroriste, adoptée en juillet, a maintenu la peine de mort malgré les appels de plusieurs ONG nationales et internationales à son abolition.

Des dizaines de policiers et de militaires ont été tués par la mouvance jihadiste depuis la révolution de 2011 en Tunisie.

Le groupe Etat islamique (EI) a revendiqué les trois attentats majeurs qui ont frappé le pays en 2015 et dans lesquels sont morts 59 touristes étrangers, un policier et 12 agents de la garde présidentielle.

AFP

Ses derniers articles: Libye: un fils de l'ex-dictateur libéré, que reste-t-il du clan Kadhafi?  RDC: nouveau massacre de villageois en Ituri, les ADF accusés  Guinée: les putschistes convoquent autoritairement les anciens ministres 

Extrémistes

AFP

Les forces égyptiennes tuent plus de 40 extrémistes dans le Sinaï

Les forces égyptiennes tuent plus de 40 extrémistes dans le Sinaï

AFP

Libye: des extrémistes s'emparent de deux champs pétroliers

Libye: des extrémistes s'emparent de deux champs pétroliers

AFP

Comores: toujours plus de mosquées, les extrémistes minoritaires

Comores: toujours plus de mosquées, les extrémistes minoritaires

meurtre

AFP

Sud-est du Nigeria: la police enquête sur le meurtre de 19 éleveurs

Sud-est du Nigeria: la police enquête sur le meurtre de 19 éleveurs

AFP

RDC: soupçonné dans le meurtre du militant Chebeya, le général Numbi réfugié au Zimbabwe (sources concordantes)

RDC: soupçonné dans le meurtre du militant Chebeya, le général Numbi réfugié au Zimbabwe (sources concordantes)

AFP

Afrique du sud: cinq arrestations dans l'affaire du meurtre du capitaine de la sélection de foot

Afrique du sud: cinq arrestations dans l'affaire du meurtre du capitaine de la sélection de foot

mort

AFP

RDC: un mort et 7 blessés dans une fusillade

RDC: un mort et 7 blessés dans une fusillade

AFP

Mort de l'ex-dictateur tchadien Hissène Habré, détenu pour crimes contre l'humanité

Mort de l'ex-dictateur tchadien Hissène Habré, détenu pour crimes contre l'humanité

AFP

Sierra Leone: l'Assemblée nationale vote l'abolition de la peine de mort

Sierra Leone: l'Assemblée nationale vote l'abolition de la peine de mort