mis à jour le

Jihadistes tués au Mali: un groupe pro-gouvernemental dit avoir récupéré les corps

Un groupe armé malien pro-gouvernemental a récupéré samedi les corps de douze de ses combattants, tués selon lui lors d'une opération de la force française Barkhane visant les jihadistes dans le nord du pays, a appris dimanche l'AFP de sources concordantes.

L'armée française a de son côté maintenu sa version, affirmant avoir été confrontée "à un groupe armé pendant quatre heures" dans la nuit du 19 au 20 décembre près de la frontière avec le Niger. 

La "Plateforme", coalition de formations loyalistes, avait accusé mercredi les militaires de Barkhane d'avoir tué plusieurs de ses combattants lors du raid visant le groupe Al-Mourabitoune du jihadiste algérien Moktar Belmokhtar, au cours duquel une dizaine de jihadistes auraient été "neutralisés".

"L'armée française a autorisé la Plateforme à récupérer les corps de douze de ses combattants tués lors de l'intervention française près de Ménaka", a déclaré à l'AFP Djibril Diallo, un responsable militaire de la Plateforme.

Les deux parties se sont rencontrées cette semaine à Gao, dans le nord du pays, pour "aplanir leurs différends", a-t-on appris de sources proches du dossier.

"Au cours de la rencontre, les Français nous ont dit qu'ils ont attaqué parce qu'on leur avait dit que c'est une position des terroristes, ce qui est faux. C'est notre position", a indiqué M. Diallo. 

"Maintenant les Français nous ont permis de récupérer nos morts et de les enterrer", a-t-il ajouté, précisant que cette opération s'était produite après le départ des militaires français.

Selon un porte-parole de l'état-major français, interrogé par l'AFP, qui n'a pas pas commenté les affirmations de la Plateforme concernant la récupération de corps, "les forces françaises ont été confrontées à un groupe armé pendant quatre heures de combats extrêmement violents".

"Nous ne changeons pas d'un iota" par rapport au communiqué du ministère de la Défense sur cet accrochage, a déclaré à l'AFP une source au sein de Barkhane, décrivant "quatre heures de combat contre des combattants résolus, des adversaires acharnés".

Une source sécuritaire africaine au sein de la Mission de l'ONU au Mali (Minusma) contactée à Gao, a confirmé à l'AFP que "les groupes de la Plateforme ont effectivement, avec l'aval de Barkhane, récupéré des corps qui ont été enterrés".

"Mais ce qui est important, c'est la discussion entre les deux parties, qui ont un même ennemi, le terrorisme", a ajouté cette source.

La Plateforme avait déploré mercredi un "dégât collatéral", exhortant "les forces internationales à plus de discernement afin d'éviter tout amalgame et surtout l'aggravation d'une situation déjà trop compliquée".

Lors d'affrontements ces derniers mois avec les groupes pro-gouvernementaux, l'ex-rébellion de la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA) a fréquemment dénoncé la présence dans leurs rangs d'anciens membres des groupes jihadistes qui avaient pris le contrôle du nord du pays en 2012.

AFP

Ses derniers articles: Zimbabwe: l'armée empêche les manifestants d'arriver au palais présidentiel  Décès d'Azzedine Alaïa, couturier surdoué et hors normes  A Harare, soldats et manifestants main dans la main pour faire tomber Mugabe 

corps

AFP

Inondations en Sierra Leone: au moins 19 corps retrouvés en Guinée

Inondations en Sierra Leone: au moins 19 corps retrouvés en Guinée

AFP

En Centrafrique, les corps sans sépulture de Gambo

En Centrafrique, les corps sans sépulture de Gambo

AFP

Burkina: levée des corps des victimes de l'attentat de Ouagadougou

Burkina: levée des corps des victimes de l'attentat de Ouagadougou

jihadistes

AFP

Des jihadistes revendiquent une attaque ayant tué deux soldats au Mali

Des jihadistes revendiquent une attaque ayant tué deux soldats au Mali

AFP

Mali: deux jihadistes présumés tués par l'armée française

Mali: deux jihadistes présumés tués par l'armée française

AFP

Les principaux attentats jihadistes visant des étrangers en Afrique

Les principaux attentats jihadistes visant des étrangers en Afrique

tués

AFP

Journalistes de RFI tués au Mali: des suspects "a priori" en Algérie selon des proches

Journalistes de RFI tués au Mali: des suspects "a priori" en Algérie selon des proches

AFP

Cameroun: 5 enfants tués dans un attentat suicide

Cameroun: 5 enfants tués dans un attentat suicide

AFP

RDC: quatre civils et un policier tués dans des heurts

RDC: quatre civils et un policier tués dans des heurts