mis à jour le

Niger: 9 militaires arrêtés après un coup d'Etat déjoué

Neuf officiers de l'armée nigérienne ont été arrêtés en début de semaine après un coup d'Etat déjoué, a annoncé samedi le ministre de l'Intérieur, Hassoumi Massaoudou. 

"Neuf officiers identifiés comme étant responsables du coup de force projeté, sont aux arrêts", et "seront traduits devant un tribunal militaire", a affirmé M. Massaoudou lors d'une conférence de presse à Niamey. 

Ces militaires ont "projeté de faire leur action le vendredi 18 décembre au retour" à Niamey du président Mahamadou Issoufou des festivités du 57e anniversaire de la République, qui se sont déroulées à Maradi dans le centre du pays, a expliqué M. Massaoudou. 

"L'enquête vient de commencer et est confiée à la gendarmerie dans le cadre d'une procédure devant le tribunal militaire et le procès aura lieu", a-t-il martelé. 

Selon le ministre, les putschistes présumés étaient "suivis depuis près d'un mois" et le coup de force a été "conjuré grâce à la loyauté" de certains militaires "qui rendaient régulièrement compte de la progression du projet". 

"Nous avons suffisamment de preuves", notamment des "échanges de SMS et de correspondances entre eux", a précisé le ministre, qui "ne note" pour "le moment aucune complicité" ou "implication de civils" dans le projet. 

Parmi les personnes arrêtées, il a cité le général Souleymane Salou, 62 ans, ancien chef d'état-major, le colonel Idi Abdou Dan Haoua, commandant de la base aérienne de Niamey, et le commandant Naré Maidoka, chef du 1er Bataillon d'Artillerie de Tillabéri, une ville située à une centaine de kilomètres à l'ouest du pays et proche de la frontière avec le Mali. 

Parmi les officiers arrêtés figurent également Issoufou Oumarou, le commandant d'une force spéciale de lutte antiterroriste logée à la présidence, et le capitaine Amadou Chékaraou, autre responsable d'une unité d'élite antiterroriste basée au nord de la capitale.

Par ailleurs, un sous-lieutenant, "en fuite... s'est rendu de lui-même aux gendarmes", a ajouté M. Massaoudou.

Les réseaux sociaux et la presse locale avaient évoqué lundi des arrestations de militaires.

"On a les plus grandes réserves", le président "ne nous a donné aucune  preuve. Nous sommes dans l'incertitude", a affirmé à l'AFP l'opposant et candidat à la présidentielle de février, Amadou Boubacar Cissé. 

Une élection présidentielle est prévue le 21 février. Elu en 2011, M. Issoufou brigue un second mandat.

AFP

Ses derniers articles: L'Église craint que la RDC sombre dans "une situation incontrôlable"  Bénin: RSF dénonce la suspension de quatre médias en 48 heures  La longévité politique des chefs d'État africains 

militaires

AFP

Cameroun: six militaires tués dans une attaque de Boko Haram

Cameroun: six militaires tués dans une attaque de Boko Haram

AFP

Municipales au Mali: cinq militaires tués dans une embuscade

Municipales au Mali: cinq militaires tués dans une embuscade

AFP

Niger: 22 militaires tués dans une attaque jihadiste contre un camp de réfugiés

Niger: 22 militaires tués dans une attaque jihadiste contre un camp de réfugiés