mis à jour le

Seychelles: le président James Michel réélu pour la 3e fois

Le président des Seychelles James Michel a été réélu pour la troisième fois, en devançant de très peu son adversaire Wawel Ramkalawan lors d'un second tour inédit pour un scrutin présidentiel dans l'archipel, a annoncé samedi la Commission électorale.

M. Michel, 71 ans, candidat de "Lepep" ("Le peuple", en créole), le parti au pouvoir depuis le retour du multipartisme en 1993, a recueilli 31.512 voix (50,15%), contre 31.319 (49,85%) à M. Ramkalawan, chef du Parti national seychellois (SNP), qui a immédiatement demandé un recompte des voix.

La différence en nombre de voix est de 193. Jamais une élection présidentielle aux Seychelles ne s'était décidée sur une marge aussi infime. C'était la première fois depuis 1993 que "Lepep" était poussé à un second tour.

Jusque-là, le parti de M. Michel - issu de l'ancien parti unique - avait toujours remporté la présidentielle dès le premier tour, avec au moins 54% des voix.

"Aujourd'hui, le peuple a parlé. Il a fait son choix. Il a dit qu'il souhaitait que je continue sur la voie que j'ai ouverte (...), que je continue à mener les Seychelles vers la stabilité, la paix et la prospérité", a déclaré M. Michel, qui est en poste depuis 2004, après l'annonce de sa réélection.

"En ce moment, il est plus que jamais nécessaire que nous continuions à créer plus d'unité dans notre pays", a-t-il ajouté. "Nous avons plus que jamais besoin de travailler ensemble en tant que Seychellois (...) Le président élu est le président de tous les Seychellois et nous devons tous travailler ensemble pour nos Seychelles."

Réélu pour un troisième mandat de cinq ans, le dernier que lui autorise la Constitution, M. Michel a demandé à tous les Seychellois de respecter le choix des urnes. Il avait déjà appelé au calme, quel que soit le résultat de l'élection, après avoir voté.

Candidat pour la cinquième fois, M. Ramkalawan a également demandé à ses supporteurs de rester calmes. Mais il a annoncé avoir "écrit au président de la Commission électorale pour qu'il y ait un recompte de tous les bulletins de vote".

Ce pasteur anglican, qui avait rallié derrière lui toute l'opposition pour le second tour, a expliqué qu'il allait s'entretenir samedi avec tous ses partenaires pour décider de la conduite à adopter.

Comme au premier tour (87,4%), les Seychellois se sont largement mobilisés pour ce second tour, avec un taux de participation de 86,8%.

M. Michel avait raté de peu l'élection au premier tour en recueillant 47,76% des voix. M. Ramkalawan n'avait obtenu que 35,33%, mais il a assez largement pioché dans les réserves de voix du troisième homme, Patrick Pillay, pour presque refaire son retard.

Pillay, ancien ministre des Affaires étrangères et de la Santé du président Michel, avait récemment claqué la porte de "Lepep" avec d'autres cadres pour fonder Lalyans Seselwa ("L'alliance seychelloise").

M. Michel était devenu chef de l'Etat en 2004 en succédant selon la Constitution à France-Albert René, dont il était le vice-président, ce dernier ayant démissionné avant l'expiration de son mandat. Il a ensuite été élu en 2006 et réélu en 2011, au premier tour à chaque fois.

AFP

Ses derniers articles: Tchad: Déby menace de retirer ses troupes des opérations en Afrique  "Biens mal acquis": mise en examen de la fille et du gendre de Sassou Nguesso  Ghana: Farmerline, l'application qui permet aux agriculteurs de voir grand 

président

AFP

RDC: "le dialogue est permanent", assure le président Kabila

RDC: "le dialogue est permanent", assure le président Kabila

AFP

Tchad: le contrat avec Glencore, "un marché de dupes", selon le président Deby

Tchad: le contrat avec Glencore, "un marché de dupes", selon le président Deby

AFP

Le président égyptien ratifie la rétrocession de deux îlots

Le président égyptien ratifie la rétrocession de deux îlots