mis à jour le

La rappeuse américaine Nicki Minaj, le 30 août 2015 à Los Angeles. Crédit photo: REUTERS/Danny Moloshok
La rappeuse américaine Nicki Minaj, le 30 août 2015 à Los Angeles. Crédit photo: REUTERS/Danny Moloshok

Nicki Minaj n'est pas la première star à se compromettre avec la dictature en Angola

La rappeuse américaine doit se produire samedi 19 décembre pour un festival organisé sous l'égide du président Dos Santos.

Bienvenue au «dictature show club» a t-on envie de dire à Nicki Minaj. Comme d'autres avant elle – on se souvient par exemple du concert de Béyoncé devant la famille Kadhafi en 2009 –, la rappeuse américaine va se produire sur une scène qui sent le soufre du despotisme. La star de 33 ans a en effet annoncé sur son compte instagram, mardi 15 décembre, qu'elle allait se produire en Angola, au festival de Noël organisé par Unitel, une compagnie de communication qui appartient à la famille de l'inamovible chef d'Etat, José Eduardo dos Santos, à la tête du pays depuis 36 ans.

 

Guess who's performing in Angola Dec 19th at the Unitel Christmas Festival At the Coqueiros Stadium?!?!! @kb2u and @zonspr

Une photo publiée par Nicki Minaj (@nickiminaj) le

Dans un article sur l'évènement, le journal britannique The Guardian rappelle que «Dos Santos dirige l'Angola depuis 36 ans, malgré le fait qu'il n'a jamais été formellement élu. Il est accusé de profiter de la richesse nationale, le pétrole, pour s'enrichir lui, sa famille et une élite réduite, pendant qu'il échoue à offrir des logements, de l'éducation et des emplois à la majorité de la population».

Dans un communiqué, le président de la Fondation des droits de l'homme, Thor Halvorssen, a dénoncé le concert programmé par la rappeuse américaine. «Nicki Minaj est une artiste internationale. Des millions de personnes la suivent et s'en inspirent. il n'y a pas de raison valable pour elle d'aller faire du business avec la corrompue dictature angolaise et de soutenir la famille au pouvoir», a affirmé Thor Halvorssen.

Avant Nicki Minaj, d'autres stars ont été attirées par les pétrodollars du clan Santos en Angola. En 2013, Mariah Carey avait donné un concert, à Noël déjà, pour le chef d'Etat. Nicki Minaj a encore quelques jours pour éviter un triste remake.

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Le Caire est la ville dont la population croît le plus vite au monde  L'Etat islamique menace l'Algérie  La chaîne Fox news diffuse des images de l'attaque de Westgate dans une série TV 

dictature

Politique

En Afrique, le chemin vers plus de démocratie est semé d'embûches

En Afrique, le chemin vers plus de démocratie est semé d'embûches

Politique

Il n'y a qu'une seule démocratie «à part entière» en Afrique subsaharienne

Il n'y a qu'une seule démocratie «à part entière» en Afrique subsaharienne

Dictateur

En Gambie, Yahya Jammeh a quitté le pouvoir les poches pleines

En Gambie, Yahya Jammeh a quitté le pouvoir les poches pleines

Jose Eduardo Dos Santos

Cameroun

Moi, Biya, président depuis 30 ans

Moi, Biya, président depuis 30 ans

Politique

Rien ne bouge en Angola? Faux

Rien ne bouge en Angola? Faux

Angola

Dos Santos, le Machiavel de l'Afrique

Dos Santos, le Machiavel de l'Afrique