mis à jour le

Afrique du Sud: le parti au pouvoir n'avait pas prévu le "bain de sang" économique

Le parti au pouvoir en Afrique du Sud a reconnu mardi avoir sous-estimé "le bain de sang" économique provoqué par la nomination la semaine dernière d'un député inexpérimenté au poste-clé de ministre des Finances, une décision qui avait affolé les marchés.

Le 9 décembre, le président sud-africain Jacob Zuma avait, à la surprise générale, démis son ministre des Finances, le respecté Nhlanla Nene, pour le remplacer par l'inexpérimenté David van Rooyen. 

En deux jours, le rand sud-africain avait perdu 8% de sa valeur face au dollar et à l'euro, atteignant vendredi son plus bas historique face à ces deux monnaies. Le rendement des taux obligataires sud-africains avait lui dépassé 10%, une première depuis sept ans dans la première puissance industrialisée d'Afrique. 

"Évidemment, lorsque le nom de M. van Rooyen a été mentionné, nous pensions qu'il y aurait un impact car il est jeune. (...) Mais nous n'avions pas anticipé l'énormité de l'impact", a reconnu Jessie Duarte, la secrétaire générale adjointe du Congrès national africain (ANC), au cours d'une conférence de presse mardi. 

Après seulement quatre jours en poste, David van Rooyen a finalement été limogé et remplacé par une valeur sûre, Pravin Gordhan, qui avait déjà occupé le poste de ministre des Finances de 2009 à 2014.

"Ce qui est important c'est qu'un changement ait été effectué et que cette action ait été menée pour rectifier ce qui a causé, selon nous, un bain de sang économique", a ajouté Jessie Duarte à Johannesburg.

Lors de cette conférence de presse, l'ANC est revenue sur le déroulement du week-end et sur le rôle qu'il a joué pour tenter de résoudre la crise.

"Les responsables du parti se sont entretenus ce week-end avec les dirigeants des banques en Afrique du Sud, y compris celui de Goldman Sachs", a expliqué Jeff Radebe, directeur de la politique de l'ANC. 

Cette réunion a précédé celle dimanche après-midi entre M. Zuma et l'ANC, a précisé Jessie Duarte. Quelques heures plus tard, le président annonçait le départ de David van Rooyen.

L'ANC, au pouvoir depuis la fin officielle du régime d'apartheid en 1994, est très influente. Pour preuve, en 2008, elle avait poussé à la démission le chef de l'Etat, Thabo Mbeki.

Mardi matin, le compte Twitter de l'ANC Johannesburg a affolé les réseaux sociaux en annonçant que la destitution de Jacob Zuma allait être annoncée lors de la conférence de presse du parti. Le tweet a finalement été rapidement retiré, l'ANC expliquant que son compte avait été piraté.

La nomination de Pravin Gordhan a été saluée par les marchés et le rand a récupéré lundi la moitié de ses pertes enregistrées depuis la semaine dernière.

AFP

Ses derniers articles: Zimbabwe: l'armée empêche les manifestants d'arriver au palais présidentiel  Décès d'Azzedine Alaïa, couturier surdoué et hors normes  A Harare, soldats et manifestants main dans la main pour faire tomber Mugabe 

Afrique

AFP

Visite d'Edouard Philippe au Maroc: objectif Afrique

Visite d'Edouard Philippe au Maroc: objectif Afrique

AFP

Mugabe, dernier des "pères de l'indépendance" en Afrique

Mugabe, dernier des "pères de l'indépendance" en Afrique

AFP

Paris et Rabat conjuguent leurs visées économiques en Afrique

Paris et Rabat conjuguent leurs visées économiques en Afrique

économique

AFP

Contre la crise, la Namibie fait le pari économique du tourisme

Contre la crise, la Namibie fait le pari économique du tourisme

AFP

L'Angola, pays pétrolier plongé dans une sévère crise économique

L'Angola, pays pétrolier plongé dans une sévère crise économique

AFP

Le Nigeria se tourne vers "l'or blanc" en pleine crise économique

Le Nigeria se tourne vers "l'or blanc" en pleine crise économique

pouvoir

AFP

Présidentielle au Liberia: le parti au pouvoir conteste le résultat du 1er tour

Présidentielle au Liberia: le parti au pouvoir conteste le résultat du 1er tour

AFP

Burundi: projet de révision constitutionnelle permettant au président Nkurunziza de rester au pouvoir

Burundi: projet de révision constitutionnelle permettant au président Nkurunziza de rester au pouvoir

AFP

Elections locales en Algérie: l'opposition accuse le pouvoir d'entraves

Elections locales en Algérie: l'opposition accuse le pouvoir d'entraves