mis à jour le

Un guépard. Crédit photo: RayMorris1 via Flickr. CC
Un guépard. Crédit photo: RayMorris1 via Flickr. CC

En Afrique du Sud, des guépards sont dressés pour surveiller des aéroports militaires

Et parfois, il y a des accidents.

La semaine dernière, deux guépards ont attaqué une militaire sur une base sud-africaine, et lui ont infligé quelques blessures mineures à l'épaule et dans le cou. Un fait-divers qui pourrait presque sembler banal dans un pays où la faune sauvage est l'une des mieux conservées d'Afrique – même si le braconnage est en hausse constante depuis plusieurs années.

Mais, ce qui est moins banal, c'est que les deux guépards en question faisaient partie d'un dispositif vieux de plus de 20 ans, qui consiste à élever ces animaux à l'intérieur d'aéroports militaires, pour qu'ils chassent ensuite le gibier qui pourrait venir troubler le décollage ou l'atterrissage d'appareils sur la piste, comme l'explique le site américain The Atlantic.

Deux ans de «service»

La base de Makhado, là où a eu lieu l'accident, est cernée par trois réserves protégées. Les guépards y ont donc un rôle important puisque les bêtes abondent dans les alentours.

«Quand les animaux sauvages s'habituent aux bruits de l'aéroport, ils ne sont plus effrayés par le son des avions», a expliqué au média américain le Centre des espèces en danger d'Hoedspruit, qui fait régulièrement don de guépards pour le programme de l'Air Force sud-africaine.

À lire aussi: Avant de peupler l'Afrique, les guépards vivaient en Amérique du Nord

Wim et Tobie, les deux guépards qui ont attaqué une militaire, avaient été amenés sur la base de Makhado le 20 octobre, puis lâchés en liberté le 2 décembre sur l'aéroport, selon le centre d'Hoedspruit.

C'est la première fois que des guépards de ce programme ont attaqué l'homme. «Les guépards n'attaquent habituellement pas les humains, car ils préfèrent des petites proies. Mais les guépards élevés en captivité sont habitués au contact des humains», explique The Atlantic.

La porte-parole de la base de Makhado a confié à Associated Press que les deux guépards resteraient sur la base militaire malgré l'incident, tout en précisant que les officiers de la base seraient davantage formés au comportement de ces félins. Wim et Tobie, comme les autres guépards de Makhado, «serviront» pendant deux ans sur la base avant d'être rendus au centre d'Hoedspruit.

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Le nouveau roi du Rwanda vit dans une petite maison en banlieue de Manchester  Une sécheresse menace des milliers d'éléphants au Zimbabwe, mais l'Etat l'ignore  Dieudonné candidat à la présidence camerounaise, est-ce vraiment sérieux? 

guépards

Wildlife

L'extinction des guépards pourrait être aussi rapide que leur vitesse de pointe

L'extinction des guépards pourrait être aussi rapide que leur vitesse de pointe

AFP

Laurie Marker: une vie pour sauver les guépards de l'extinction

Laurie Marker: une vie pour sauver les guépards de l'extinction

Wildlife

Avant de peupler l'Afrique, les guépards vivaient en Amérique du Nord

Avant de peupler l'Afrique, les guépards vivaient en Amérique du Nord