mis à jour le

Le Matadi Hotel Metropole à Kinshasa, le 5 septembre 2015. Crédit photo: Photo MONUSCO / Abel Kavanagh via Flickr. CC
Le Matadi Hotel Metropole à Kinshasa, le 5 septembre 2015. Crédit photo: Photo MONUSCO / Abel Kavanagh via Flickr. CC

Kinshasa, une bulle d'insouciance dans un Congo inquiet de son futur

Le président Joseph Kabila ne peut pas se présenter aux prochaines élections, mais un coup de force de sa part est probable.

À Kinshasa, les horreurs et les violences qui secouent régulièrement l'est de la République démocratique du Congo (RDC) semblent lointaines. Comme le rapporte le magazine The Economist dans un reportage sur place, la troisième mégalopole africaine derrière Lagos et le Caire est en pleine mutation.

Le boulevard du 30 juin a été transformé en autoroute, un nouveau terminal à l'aéroport international, de nombreux projets immobiliers d'ampleur sortent de terre, comme la «cité du Fleuve», un ensemble de luxueux appartements vendus 900.000 dollars la pièce... La croissance économique est également au rendez-vous, avec une hausse annuelle du PIB plus de 7% depuis 2009. Même la scène artistique fait désormais les beaux yeux à la Kinshasa, selon The Economist. «Avant, c'était tout pour Paris, mais maintenant Kinshasa est l'endroit à la mode», confie au média britannique, Reddy Amisi, un musicien installé à Paris, qui vient très régulièrement au Congo.

La peur du futur

Mais si certains quartiers de la capitale congolaise se modernisent et sont à la mode, la majorité des Kinois vivent toujours dans les immenses bidonvilles qui jouxtent le centre-ville. Et dans la précarité. Moins de 10% des habitants possèdent un poste de salarié. 

Surtout, à Kinshasa, personne ne semble faire de plans pour l'avenir. La vie se conjugue uniquement au présent. La raison à cela est essentiellement politique. Le président Joseph Kabila, arrivé au pouvoir en 2001 et élu en 2006, ne peut théoriquement pas se représenter aux prochaines élections prévues en 2016. Mais comme d'autres chefs d'Etat de la région – Sassou Nguesso à Brazzaville ou Nkurunziza au Burundi –, il semble prêt à modifier la constitution pour garder la main. 

«Depuis des mois, l’opposition l’accuse de manœuvrer pour se maintenir au pouvoir au-delà de la fin se son mandat et le mécontentement gronde aussi au sein de la majorité», écrivait Jeune Afrique, en septembre dernier.

À lire aussi: À Brazzaville, le rap pour lutter contre la dictature

Pour The Economist, l'avenir du Congo s'annonce sombre si l'actuel chef d'Etat ne renonce pas au pouvoir. «Si Kabila refuse de s'en aller quand son mandat arrivera à son terme, des émeutes éclateront sûrement. En janvier lors des manifestations contre la modification du code électoral, les troupes congolaises ont tué environ 40 personnes. Beaucoup craignent une révolte plus importante l'an prochain.»

Si la RDC est un immense pays difficile à contrôler, «Kinshasa est la clé», confie un homme d'affaires au magazine britannique.

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Le Caire est la ville dont la population croît le plus vite au monde  L'Etat islamique menace l'Algérie  La chaîne Fox news diffuse des images de l'attaque de Westgate dans une série TV 

Joseph Kabila

République démocratique du Congo

Avant d'être l'opposant historique, Tshisekedi avait été un proche de Mobutu

Avant d'être l'opposant historique, Tshisekedi avait été un proche de Mobutu

RDC

Les Congolais ont toujours aussi peu accès à l'électricité

Les Congolais ont toujours aussi peu accès à l'électricité

Dictature

Un Noël de tous les dangers en République démocratique du Congo

Un Noël de tous les dangers en République démocratique du Congo

Kinshasa

AFP

Violences en RDC: volte face de Kinshasa qui promet une enquête

Violences en RDC: volte face de Kinshasa qui promet une enquête

AFP

Vidéo de massacre: Paris demande

Vidéo de massacre: Paris demande

AFP

RDC: 8 blessés dans des heurts entre une secte et la police

RDC: 8 blessés dans des heurts entre une secte et la police