mis à jour le

Une formation aux premiers secours en Ethiopie à l'hôpital Dil Chora en 2010. Crédit photo: US Army Africa
Une formation aux premiers secours en Ethiopie à l'hôpital Dil Chora en 2010. Crédit photo: US Army Africa

L'Afrique subsaharienne est un désert médical avec seulement 1 médecin pour 5.000 habitants

Les inégalités sont également fortes entre les pays.

D'un point de vue médical, le continent africain ressemble à un désert. Selon le site d'informations Quartz, il n'y a en moyenne qu'un médecin pour 5.000 habitants en Afrique. Ce qui en fait la zone la plus déshéritée au monde dans ce secteur. Si la densité de docteurs varie évidemment selon les pays du continent, une comparaison globale nous apprend qu'il y a 40 fois moins de médecins par habitant qu'au Qatar, 35 fois de moins qu'à Cuba ou encore 26 de moins qu'en Espagne.

La première raison de ce trou médical est d'abord à chercher du côté de l'éducation. Selon l'institut d'étude des écoles médicales d'Afrique subsaharienne, il n'y a que 170 écoles médicales en Afrique, dont une seule dans 20 pays, et même aucune dans six autres. De plus, une proportion importante du personnel de santé formé sur le continent part faire carrière ailleurs, pour obtenir de meilleurs postes ou une meilleure rémunération. 

Des écarts extrêmes

Mais la fracture en termes de santé publique n'existe pas qu'entre l'Afrique et le reste du monde. Elle existe aussi au sein même du continent. Il y a ainsi 0,776 médecin pour 1.000 habitants en Afrique du Sud, contre 0,19 pour 1.000 habitants en Mozambique. Et les inégalités sont également conséquentes à l'intérieur des 54 pays entre zones rurales et urbaines.

«Par exemple, en Afrique subsaharienne, l'écart entre zones rurales et urbaines en termes d'accouchements précoces est flagrant. Aux extrêmes, plus de la moitié des jeunes femmes de 15 à 19 ans en Centrafrique ont été enceintes, contre seulement 4% des jeunes femmes du même âge en zone urbaine en Ethiopie», note le Bureau de référence de la population, institut spécialisé dans les études démographiques.

Et même à l'intérieur des centres de soins, le manque de matériel de pointe est souvent un sérieux problème. «La charge de travail est trop importante. Nous avons trop de patients et le personnel n'est pas assez nombreux. L'équipement n'est pas adéquat. Il n'y a pas de matériel adapté», confie à Quartz une employée d'un centre médical de premiers soins au Nigeria.

Parmi d'autres défis majeurs, l'amélioration du service de soins aux populations, est une priorité pour les prochaines décennies en Afrique.

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Des forces spéciales américaines combattent toujours les djihadistes au Mali  Les orphelinats africains ferment en masse et c'est une bonne nouvelle  La mort mystérieuse de l'ambassadeur russe au Soudan 

médecins

AFP

En Afrique, des médecins sous pression face au virus

En Afrique, des médecins sous pression face au virus

AFP

L'Egypte se dirige vers une "catastrophe sanitaire", selon le syndicat des médecins

L'Egypte se dirige vers une "catastrophe sanitaire", selon le syndicat des médecins

AFP

Les "hommes en jaune" de Médecins sans frontières de retour en Guinée

Les "hommes en jaune" de Médecins sans frontières de retour en Guinée

santé

AFP

Nigeria : fin de la grève des professionnels de la santé

Nigeria : fin de la grève des professionnels de la santé

AFP

Dans le nord du Burkina, un centre de santé en première ligne pour les déplacés

Dans le nord du Burkina, un centre de santé en première ligne pour les déplacés

AFP

Zimbabwe: le vice-président Constantino Chiwenga nommé ministre de la Santé

Zimbabwe: le vice-président Constantino Chiwenga nommé ministre de la Santé