mis à jour le

La Gambie désormais "un Etat islamique", affirme son président Yahya Jammeh

La Gambie, ex-colonie britannique de près de 2 millions d'habitants en Afrique de l'Ouest, est désormais "un Etat islamique", a affirmé son président Yahya Jammeh dans une déclaration diffusée samedi par la présidence gambienne.

"Le destin de la Gambie est dans les mains d'Allah le Tout-Puissant. A partir d'aujourd'hui, la Gambie est un Etat islamique", a déclaré le président Jammeh qui s'exprimait jeudi à Brufut, à 25 km de la capitale Banjul, selon ses propos mis en ligne par la présidence sur son site statehouse.gm.

"Nous serons un Etat islamique qui respecte les droits des citoyens", a-t-il affirmé, en clôturant une tournée nationale.

Aucun détail n'a été fourni sur les modalités de ce changement de statut. Aucune source officielle n'était disponible pour commenter cette annonce dans l'immédiat.

La Gambie compte 1,96 millions d'habitants, à 90% musulmans. Yahya Jammeh, 50 ans, militaire de carrière issu d'une famille paysanne de l'ouest du pays, cultive l'image d'un président musulman pratiquant - il apparaît régulièrement Coran et chapelet en main - et doté de pouvoirs mystiques.

Ancienne dépendance britannique, puis colonie britannique à partir de 1888, la Gambie est devenue indépendante en 1965 au sein du Commonwealth, avec comme Premier ministre Sir Dawda Jawara. Elle est ensuite devenue une République en 1970, sous la présidence de Jawara, qui a été renversé en 1994 par un coup d'Etat militaire dirigé par Yahya Jammeh.

M. Jammeh a ensuite été élu pour la première fois en 1996 puis réélu trois fois (en 2001, 2006 et ensuite en novembre 2011 avec 72 % des voix). Depuis, il règne en maître sur son pays, enclavé dans le Sénégal à l'exception de sa façade maritime.

En octobre 2013, il a annoncé le retrait, avec effet immédiat, de la Gambie du Commonwealth en qualifiant cette organisation de pays anglophones de "coloniale".

En mars 2014, dans un discours lors d'une cérémonie publique, Yahya Jammeh avait indiqué que son pays allait abandonner l'anglais, actuellement sa langue officielle, au profit d'une langue nationale non précisée, sans fournir de calendrier, une annonce demeurée pour l'heure sans effet.

Il a fait adopter en 2002 un amendement constitutionnel supprimant la limite du nombre de mandats. Son régime est régulièrement critiqué par des défenseurs des droits de l'Homme pour des violations des libertés.

AFP

Ses derniers articles: Cameroun: 10 ans de prison ferme pour le journaliste de RFI Ahmed Abba  La RDC présente une vidéo estimée être celle du meurtre d'experts de l'ONU  Maroc: une journaliste suspendue pour avoir utilisé l'expression "Sahara occidental" 

Etat

AFP

Gambie: état d'urgence

Gambie: état d'urgence

AFP

Gabon: état de crise latente trois mois après la présidentielle

Gabon: état de crise latente trois mois après la présidentielle

AFP

Malawi: le président Mutharika balaie les rumeurs sur son état de santé

Malawi: le président Mutharika balaie les rumeurs sur son état de santé

Gambie

AFP

La crainte de Yahya Jammeh hante encore la Gambie

La crainte de Yahya Jammeh hante encore la Gambie

AFP

La Gambie attend le départ effectif en exil de Yahya Jammeh

La Gambie attend le départ effectif en exil de Yahya Jammeh

AFP

Les troupes sénégalaises sont entrées en Gambie

Les troupes sénégalaises sont entrées en Gambie

président

AFP

Afrique du Sud: lancement d'un mouvement contre le président Zuma

Afrique du Sud: lancement d'un mouvement contre le président Zuma

AFP

Elections au Kenya: le président met en garde les fauteurs de troubles

Elections au Kenya: le président met en garde les fauteurs de troubles

AFP

Ouganda: une universitaire arrêtée pour avoir critiqué la femme du président

Ouganda: une universitaire arrêtée pour avoir critiqué la femme du président