mis à jour le

Des guépards dans le parc du Masai Marai, au Kenya, en 2008. Crédit photo: REUTERS/Radu Sigheti
Des guépards dans le parc du Masai Marai, au Kenya, en 2008. Crédit photo: REUTERS/Radu Sigheti

Avant de peupler l'Afrique, les guépards vivaient en Amérique du Nord

L'animal terrestre le plus rapide au monde souffre toujours, d'un point de vue génétique, de cette grande migration.

Le guépard est l'animal terrestre qui sprinte à la plus grande vitesse – jusqu'à 110 km/h en pleine course. Une article publié dans la prestigieuse revue scientifique Nature en 2013 affirmait qu'un guépard en captivité avait été flashé à 112 km/h, et que ces félins effectuaient régulièrement des sprint à plus de 90 km/h en milieu naturel lors de chasses.

Mais cet animal star des safaris, n'est pas arrivé sur le continent à toute vitesse. Selon une toute récente étude scientifique parue dans la revue Genome Biology, le guépard a migré de l'Amérique du Nord vers l'Afrique il y a environ 100.000 ans, de manière très lente. L'analyse ADN a démontré que l'espèce s'est divisée en deux il y a 100.000 ans, avec une part des guépards migrants vers l'Afrique. Puis la sous-espèce encore présente en Amérique du Nord s'est éteinte entre 12.000 et 10.000 ans avant notre époque, faisant du guépard d'Afrique le dernier représentant de l'espèce.

À lire aussi sur Slate Afrique: Au Rwanda, le retour des lions est aussi une victoire contre le génocide

Cette histoire biologique a eu pour conséquence de produire une faible diversité génétique chez les guépards d'Afrique – qui ont 90 à 99% moins de variation d'ADN que les autres mammifères selon les scientifiques. Un manque de diversité qui a forcé les guépards à se reproduire de manière incestueuse. 

«Les guépards d'aujourd'hui présentent un problème de lignage. Les membres de l'espèce ont des difficultés à se reproduire, même en captivité, et les mâles ont très souvent un sperme déformé», écrit le journal britannique The Guardian, qui a consacré un article au sujet.

Un lourd handicap dans la survie de l'espèce qui est classée comme «vulnérable» sur la liste rouge de l'Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN) et dont seulement 6.700 représentants vivent encore à l'état sauvage en Afrique.

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: En Gambie, une dictature vieille de 22 ans s'achève dans les urnes  Une télé marocaine maquille des femmes victimes de violences conjugales  Surprise, les mosquées marocaines s'engagent contre le changement climatique 

braconnage

AFP

Le braconnage des éléphants prive le tourisme africain de 25 millions de dollars

Le braconnage des éléphants prive le tourisme africain de 25 millions de dollars

Wildlife

Comment le braconnage change l'anatomie des éléphants

Comment le braconnage change l'anatomie des éléphants

Wildlife

Le zèbre, ce cheval qui n'a jamais aimé l'homme

Le zèbre, ce cheval qui n'a jamais aimé l'homme

guépards

AFP

Laurie Marker: une vie pour sauver les guépards de l'extinction

Laurie Marker: une vie pour sauver les guépards de l'extinction

Wildlife

En Afrique du Sud, des guépards sont dressés pour surveiller des aéroports militaires

En Afrique du Sud, des guépards sont dressés pour surveiller des aéroports militaires

safari

Wildlife

Comme les hommes, les singes se réconcilient après une dispute

Comme les hommes, les singes se réconcilient après une dispute

Wildlife

Prudence, les braconniers utilisent les données GPS de vos photos en safari

Prudence, les braconniers utilisent les données GPS de vos photos en safari

Braconnage

Pour protéger la faune, il ne faut pas interdire la chasse sportive en Afrique

Pour protéger la faune, il ne faut pas interdire la chasse sportive en Afrique