mis à jour le

Centrafrique: corruption et bandes armées en filigrane de la nouvelle constitution

Le projet de constitution de la 6e République centrafricaine, soumis à référendum dimanche, prévoit une architecture institutionnelle classique, avec en filigrane des références constantes à la corruption des dirigeants et à la prolifération des bandes armées qui ont abouti à la déliquescence de l'Etat et à des massacres intercommunautaires.

Si le texte est adopté, la Centrafrique connaîtra son 13e régime politique depuis son indépendance de la France en 1960, illustration d'une instabilité chronique. La Centrafrique a déjà connu cinq Républiques, un Empire et six transitions, après le renversement des pouvoirs établis, parfois eux-mêmes transitoires.

- PRÉSIDENCE DE 5 ANS, RENOUVELABLE UNE FOIS :

. Le texte stipule dans son article 24 que le président de la République est élu au suffrage universel direct pour un mandat de cinq ans, renouvelable une fois. L'article 123 précise que cette disposition est "expressément exclue" de toute éventuelle révision ultérieure de la Loi fondamentale.

. Selon un schéma proche de la répartition des pouvoirs dans l'actuelle Constitution française, le chef de l'Etat - "chef de l'exécutif" - nomme un Premier ministre qui dirige le gouvernement et est responsable devant l'Assemblée nationale. L'Assemblée peut avoir recours à une motion de censure contre le gouvernement.

. Le Parlement est composé de deux chambres, l'Assemblée nationale et le Sénat. Dans ses dispositions transitoires (Art 125), le texte prévoit toutefois que le Sénat sera élu plus tard. En effet, les sénateurs doivent être choisis par les élus locaux. Mais dans le calendrier électoral effréné, les élections locales sont passées à la trappe. Cette situation "exceptionnelle" ne saurait durer plus de deux ans, selon le texte.

- LA CORRUPTION, GANGRÈNE DES INSTITUTIONS :

. Depuis des décennies, la "mauvaise gouvernance" a prévalu, se traduisant par la quasi-disparition de toute administration de l'Etat dans des zones entières du pays. Désormais, "le peuple centrafricain souverain est déterminé à rompre avec la gestion familiale, clanique et patrimoniale de la chose publique", proclame le préambule du texte.

. Une série de mesures veulent accompagner cette volonté. Ainsi, "l'affairisme" devient "un crime de haute trahison", jugé par une Haute cour de justice (Art 107), pour le chef de l'Etat, les ministres et les députés. De même le chef de l'Etat "ne peut prendre part, ni par lui-même, ni par autrui" aux appels d'offre de marché des administrations (Art 23).

- LES BANDES ARMÉES, FLÉAU POUR LA POPULATION :

. La corruption et la déliquescence de l'Etat, accompagnées de coups d'Etat, rébellions, mutineries ont été le terreau sur lesquels les groupes armés ont fleuri, martyrisant les populations sous leur coupe. Actifs dans plusieurs régions, certains veulent mettre en échec les élections à venir et garder le contrôle de leurs fiefs, dont ils tirent des rentes confortables.

. La Constitution entend lutter contre ce fléau. La formation de milices sera jugée par la Haute Cour de justice et "aucun groupe armé ne peut se transformer en parti politique" (Art 20). Pour être candidat à la présidence de la République il faut "n'avoir jamais été membre d'une milice ou d'une rébellion armée" (Art 24).

. De même "toute personne (...) qui organise des actions de soutien, diffuse ou fait diffuser des déclarations pour soutenir un coup d'Etat, une rébellion, ou une tentative de prise de pouvoir par mutinerie" est "interdite d'exercer toute fonction publique dans les institutions de l'Etat" (Art 19).

- LA LAÏCITÉ CONTRE LES TUERIES INTERCOMMUNAUTAIRES :

. Dans son interminable descente aux enfers, la Centrafrique a connu des massacres intercommunautaires sans précédent fin 2013-début 2014, exacerbés par des combattants Séléka majoritairement musulmans et des miliciens anti-balaka essentiellement chrétiens. Face à ce traumatisme, la Constitution affirme que "toute forme d'intégrisme religieux et d'intolérance est interdite" (Art 8).

"La République centrafricaine est un Etat de droit, souverain, indivisible, laïc et démocratique", souligne l'Article 18 de la Loi fondamentale.

AFP

Ses derniers articles: RD Congo: dialogue politique de la dernière chance en vue  Accord Canal+ et CAF pour la diffusion de la CAN en Afrique francophone  Tchad: onze opposants libérés, des femmes interdites de rassemblement 

armées

AFP

Les armées africaines sous-équipées face aux jihadistes

Les armées africaines sous-équipées face aux jihadistes

AFP

Libye: les principales forces armées en présence

Libye: les principales forces armées en présence

AFP

Le Sénégal va renforcer ses forces armées contre la menace terroriste

Le Sénégal va renforcer ses forces armées contre la menace terroriste

Constitution

AFP

Côte d'Ivoire: promulgation de la nouvelle Constitution

Côte d'Ivoire: promulgation de la nouvelle Constitution

AFP

Côte d'Ivoire: 2 opposants

Côte d'Ivoire: 2 opposants

AFP

Côte d'Ivoire: ouverture de la campagne du référendum sur la Constitution

Côte d'Ivoire: ouverture de la campagne du référendum sur la Constitution

corruption

AFP

Dopage et corruption dans l'athlétisme: 1re incarcération dans l'enquête en France

Dopage et corruption dans l'athlétisme: 1re incarcération dans l'enquête en France

AFP

Afrique du Sud: Zuma veut interdire la sortie d'un rapport sur la corruption

Afrique du Sud: Zuma veut interdire la sortie d'un rapport sur la corruption

AFP

Soudan du Sud: un quotidien fermé après la publication d'un rapport sur la corruption

Soudan du Sud: un quotidien fermé après la publication d'un rapport sur la corruption