mis à jour le

Port-Louis, la capitale de l'île Maurice. Crédit photo: air babble via Flickr, CC.
Port-Louis, la capitale de l'île Maurice. Crédit photo: air babble via Flickr, CC.

Un vent de Smart Cities souffle sur l'île Maurice

À l'occasion de la COP21, focus sur le projet «smart mauritius» qui promet à l'île Maurice de relever son défi d'aménagement du territoire.

Avec ses 1865 km2, l'île Maurice, située dans l'Océan Indien, affiche une densité démographique de 600 habitants par km2, soit 6 fois supérieure à la France. Son taux d'urbanisation, qui frôle actuellement les 42% et se concentre sur la capitale Port Louis, ne va cesser d'augmenter d'ici 2050 pour atteindre probablement, les 50 à 60%.

Pour faire front au problème, une véritable vision à court et moyen terme de l'aménagement du territoire est nécessaire. Le but? Faire en sorte que l'île conserve son bon vivre local tout en rayonnant à l'international par sa réputation de centre d'affaires innovant. Le concept de «smart cities» ou «villes intelligentes» fait écho au développement spectaculaire des nouvelles technologies de l'information et de la communication (NTIC). Désormais, les infrastructures urbaines sont connectées en permanence pour faciliter les déplacements et optimiser les ressources naturelles et énergétiques.

Vers une décentralisation maîtrisée de l'île

Selon l'Agence de l'investissement nationale du gouvernement de l'île Maurience, le Board of investment (BOI), cinq technopoles, avec des spécificités économiques propres, vont redessiner progressivement le paysage mauricien. Ces «hubs» ou plateformes économiques auront tout des smart-cities les plus innovantes en terme de NTIC: infrastructures urbaines communicantes, développement des énergies renouvelables (solaires, éoliennes), gestion autonome et intelligente de l'eau et des déchets. Les logements et les services de promiscuité (infrastructures médicales, crèches et centres scolaires, commerces, loisirs, etc.) seront intégrés au coeur même de l'activité économique.

Comme le souligne Gaétan Siew, président du SLDC (State Land Development Company), dans un article sur le site mauricien.com du 23 octobre 2015:

«Puisque les gens habiteront et travailleront au même endroit, cela impliquera moins de déplacements. Globalement, cela allégera la pression sur la capitale et sur la circulation routière, laquelle, selon nous, diminuera d'au moins 30 à 40% de son flot actuel d'ici à quelques années».

À lire aussi: Maurice, l'opposition remporte les législatives

Il est certain que le moteur de ces villes intelligentes est l'activité économique et la création d'emplois. Pour se faire, les marchés mis en avant seront ceux des nouvelles technologies, des cleantechs, des sciences de la santé et des services séniors. En considérant les facilités d'implantations et les allègements fiscaux, des multinationales telles que Google, Veolia, EDF ou encore Siemens vont répondre présents. Et logiquement, c'est un nombre important de PME et de start-ups mauriciennes qui vont pouvoir coopérer avec elles.

Les pôles de compétences s'esquissent. Parmi eux, Médine, à l'ouest de l'île, comprend le Bambou Tekno Park où est concentré la recherche. Au sud, la technopole aéroportuaire d'Omnicane offre des infrastructures spécialisées dans développement de la logistique et des affaires. Sans parler, bien sûr, de la smart city de la Highlands, dédiée aux activités de e-government, e-procurement et e-permit, entre autres. Dans le Nord un projet d’incubateur le MSI Mauritius Start-up Incubateur sera mis en place pour Janvier 2016

Singapour: une inspiration pour Smart mauritius

Le micro-Etat de Singapour est un modèle pour Maurice. Avec ses cinq millions d'habitants et ses aménagements d'infrastructures colossaux (métros MRT, gestions des eaux usées et pluviales, TIC, systèmes de caméras de surveillance, immeuble avec des capteurs de sismicité) faits pour la rendre «intelligente», la «Suisse de l'Asie» est devenue un modèle pour les zones urbanisées de la zone indienne du globe.

Maurice veut s’inspirer de Singapour pour concrétiser au mieux le projet Smart Mauritius. Pour obtenir les mêmes résultats, le «tigre de l'Afrique» entend bien se munir des mêmes conditions de départ. Ainsi, une délégation dirigée par le ministre des TIC, Tassarajen Pillay Chedumbrum a participé avec leurs homologues singapouriens à un forum ministériel en juin 2015. Trois mois plus tard des experts de se dépêchaient sur l'île pour aider le gouvernement mauricien à utiliser les fréquences TV libres pour couvrir rapidement toute l’île en Wi-Fi.

Singapour est d'autant plus un modèle qu'elle vient tout juste, d'après l'Environmental Performance Index réalisée par l'université de Yale et de Columbia, de se placer au 4e rang des pays mondiaux les moins polluants, après la Suisse, le Luxembourg et l'Australie. Selon Boyd Cohen, spécialiste en stratégie urbaine et climatique de la Business School EADA de Barcelone, «Singapour est un exemple fantastique d'une ville propre et sans congestion. Elle a su innover dans le recyclage des eaux de pluie, des bâtiments connectés et des systèmes de transports en commun».

Un projet en connexion avec les attentes des Mauriciens

Au-delà de l'aspect technologique, l'importance des paramètres culturels et sociaux dans la mise en œuvre du Smart Mauritius implique que les volontés locales soient placées au cœur des préoccupations de la ville. «La co-création citoyenne est l'avenir des villes intelligentes et durables. On parle désormais de smart city 3.0 où la qualité de vie de chaque citoyen est améliorée grâce aux partages matériels et intellectuels des ressources disponibles», souligne Boyd Cohen.

En effet, la mise en œuvre d'une gouvernance associant la population à la conception de l'ensemble du projet représente un enjeu clé pour assurer une planification adaptée à ses attentes. Et, en particulier, quant à l'amélioration de la qualité de vie des Mauriciens. 

Par Nicolas Goldstein 

Entrepreneur & fondateur du site www.offshore-developpement.com et du http://www.mauritius-startup-incubator.com

 

Cop21

Développement durable

Avec la COP22, le Maroc veut réussir sa mue écologique

Avec la COP22, le Maroc veut réussir sa mue écologique

COP21

L'Afrique doit améliorer son réseau routier, mais sans détruire l'environnement

L'Afrique doit améliorer son réseau routier, mais sans détruire l'environnement

Cop21

Les dirigeants africains ont-ils le mauvais rôle à la Cop21?

Les dirigeants africains ont-ils le mauvais rôle à la Cop21?

environnement

Environnement

La COP22 de Marrakech aura surtout été bénéfique au tourisme marocain

La COP22 de Marrakech aura surtout été bénéfique au tourisme marocain

Environnement

En Afrique, la pollution de l'air tue mais personne ne veut le voir

En Afrique, la pollution de l'air tue mais personne ne veut le voir

Nature

Où passer des vacances «vertes» en Afrique?

Où passer des vacances «vertes» en Afrique?

villes

AFP

Climat: les maires des grandes villes se mobilisent

Climat: les maires des grandes villes se mobilisent

AFP

Municipales en Afrique du Sud: bataille serrée dans plusieurs villes

Municipales en Afrique du Sud: bataille serrée dans plusieurs villes

AFP

Libye: dix villes annoncent leur soutien au gouvernement parrainé par l'ONU

Libye: dix villes annoncent leur soutien au gouvernement parrainé par l'ONU