mis à jour le

Boko Haram: la police nigériane démasque des "cellules dormantes"

La police secrète nigériane a annoncé samedi qu'elle avait démasqué des "cellules dormantes" du groupe islamiste Boko Haram dans et autour de la capitale Abuja et qu'elle avait procédé à 12 interpellations. 

"Boko Haram... a continué à mettre en place et à faire fonctionner des cellules dormantes dont la mission est de mener de surveiller et de mener de prochaines attaques" dans la capitale et sa banlieue, ont déclaré dans un communiqué les services du Département d'Etat.

Selon ce communiqué, les forces de l'ordre ont arrêté 12 membres du groupe islamiste qui ont migré de leur fief du nord-est du pays pour se rapprocher de la capitale à l'approche des fêtes de fin d'année dans le but de commettre des attentats.

Le communiqué précise le nom de ces personnes interpellées à Abuja ou dans les communes voisines, entre le 29 octobre et le 1er décembre. Parmi eux figure celui d'un ressortissant nigérien.

Selon l'enquête, les suspects exerçaient leurs activités habituelles, tout à fait légales, et s'en servaient comme couverture pour faire des repérages et "identifier des cibles vulnérables pour des attaques".

Boko Haram a mené plusieurs attaques meurtrières à Abuja ces quatre dernières années, faisant des centaines de morts. Le groupe y a notamment revendiqué l'attentat à la bombe commis en août 2011 sur un bâtiment de l'ONU qui avait tué 25 personnes.

Depuis 2009, l'insurrection a fait au moins 17.000 morts et 2,6 millions de déplacés, alors que Boko Haram frappe également régulièrement au Cameroun, au Tchad et au Niger voisins. 

Un triple attentat-suicide sur un marché tchadien a fait au moins 27 morts samedi dans une île du lac Tchad, démontrant une nouvelle fois la capacité des islamistes nigérians de Boko Haram à mener des actions concertées malgré les offensives militaires contre leurs bastions.

L'attaque la plus meurtrière sur les rives tchadiennes du lac s'était produite le 10 octobre. Un triple attentat à l'explosif commis par des kamikazes à la sous-préfecture de Baga Sola s'était soldé par 41 morts et 48 blessés, selon le gouvernement tchadien.

Général à la retraite et déjà président du Nigeria de décembre 1983 à août 1985, Muhammadu Buhari a pris ses fonctions en mai et s'est fixé comme priorité de mettre un terme d'ici la fin de l'année à l'insurrection de Boko Haram.

AFP

Ses derniers articles: Champs pétroliers: le Ghana n'a pas violé les droits ivoiriens  Congo: mission du FMI  Libye: les kadhafistes peuvent être inclus dans le processus politique 

arrestations

AFP

Niger: arrestations après l'abattage illégale d'un hippopotame

Niger: arrestations après l'abattage illégale d'un hippopotame

AFP

Maroc: nouvelles arrestations

Maroc: nouvelles arrestations

AFP

Égypte: arrestations et appels

Égypte: arrestations et appels

police

AFP

En Afrique du Sud, les victimes de viol fuient la police

En Afrique du Sud, les victimes de viol fuient la police

AFP

Afrique du Sud: soupçonnée d'agression, l'épouse de Mugabe se rend

Afrique du Sud: soupçonnée d'agression, l'épouse de Mugabe se rend

AFP

Kenya: deux manifestants tués par la police

Kenya: deux manifestants tués par la police