mis à jour le

Tunisie: 700 femmes ont rejoint des groupes jihadistes en Syrie

Quelque 700 Tunisiennes se trouvent actuellement en Syrie où elles ont rejoint des groupes jihadistes, a indiqué vendredi la ministre de la Femme Samira Meraï, qui s'est inquiétée devant le Parlement d'un "développement du fléau du terrorisme auprès des femmes et des enfants".

La Tunisie compte plusieurs milliers de ressortissants --sans doute autour de 5.000-- dans les rangs d'organisations jihadistes dont le groupe Etat islamique (EI), en Syrie, en Irak et en Libye, ce qui en fait un des pays les plus touchés.

"Nous avons constaté un développement du phénomène du terrorisme (...) auprès des enfants et des femmes", a dit Mme Meraï. "Aujourd'hui, Il y a 700 femmes (tunisiennes) en Syrie et il y a des femmes dans les prisons tunisiennes (pour des affaires de terrorisme)", a-t-elle ajouté.

Elle a relevé que le chef du gouvernement Habib Essid avait demandé à plusieurs ministres "de présenter un plan de lutte contre le terrorisme, chacun dans son domaine".

Dès 2013, le ministre de l'Intérieur de l'époque, Lotfi Ben Jeddou, s'était alarmée du recrutement de Tunisiennes pour assouvir en Syrie les besoins des combattants islamistes.

"Elles ont des relations sexuelles avec 20, 30, 100" jihadistes, avait déclaré M. Ben Jeddou aux députés. "Après ces rapports sexuels qu'elles ont au nom du jihad al-nikah ("la guerre sainte du sexe"), elles reviennent enceintes", avait-il ajouté.

Ces propos avaient ensuite été minimisés par une source sécuritaire, qui avait évoqué auprès de l'AFP "au maximum une quinzaine de Tunisiennes sont allées en Syrie".

La Tunisie fait face depuis sa révolution de 2011 à un essor de la mouvance jihadiste, qui a tué des dizaines de policiers et de militaires ainsi que des civils, dont des touristes.

Elle a été frappée par un attentat suicide le 24 novembre en plein Tunis, dans lequel 12 agents de la sécurité présidentielle ont été tués. Il a été revendiqué par l'EI, tout comme les attaques sanglantes du musée du Bardo en mars (22 morts) et contre un hôtel de Sousse fin juin (38 morts).

Les autorités ont dans la foulée rétabli l'état d'urgence. Elles ont procédé à des dizaines d'interpellations depuis.

Mi-novembre, sept femmes accusées de faire la propagande du groupe EI avaient été arrêtées.

AFP

Ses derniers articles: Libye: un fils de l'ex-dictateur libéré, que reste-t-il du clan Kadhafi?  RDC: nouveau massacre de villageois en Ituri, les ADF accusés  Guinée: les putschistes convoquent autoritairement les anciens ministres 

femmes

AFP

Côte d'Ivoire: des femmes disent "non

Côte d'Ivoire: des femmes disent "non

AFP

Toboggan et ateliers derrière les murs de la prison pour femmes de Bamako

Toboggan et ateliers derrière les murs de la prison pour femmes de Bamako

AFP

La Libye, "enfer" pour les femmes sur le chemin de l'Europe

La Libye, "enfer" pour les femmes sur le chemin de l'Europe

jihadistes

AFP

Nigeria: la reddition de jihadistes fait débat sur la stratégie de guerre

Nigeria: la reddition de jihadistes fait débat sur la stratégie de guerre

AFP

Mozambique: dans Mocimboa, ville fantôme libérée des jihadistes

Mozambique: dans Mocimboa, ville fantôme libérée des jihadistes

AFP

Mali: une cinquantaine de civils tués par des jihadistes présumés

Mali: une cinquantaine de civils tués par des jihadistes présumés

Syrie

AFP

Les dessous du pacte de Lafarge avec le groupe Etat islamique en Syrie

Les dessous du pacte de Lafarge avec le groupe Etat islamique en Syrie

AFP

Mondial-2018: l'Argentine doit se reprendre, la Syrie pour un nouvel exploit?

Mondial-2018: l'Argentine doit se reprendre, la Syrie pour un nouvel exploit?

AFP

Ces réfugiés étrangers qui restent en Syrie malgré la guerre

Ces réfugiés étrangers qui restent en Syrie malgré la guerre