mis à jour le

Deux  journalistes d'd'Al Jazeera en prison le 29 août 2015, avant leur procès au Caire. Crédit photo: REUTERS/Asmaa Waguih
Deux journalistes d'd'Al Jazeera en prison le 29 août 2015, avant leur procès au Caire. Crédit photo: REUTERS/Asmaa Waguih

L'Egypte arrête un journaliste spécialiste du Sinaï pour «propagation de fausses informations»

Une atteinte à la liberté de la presse qui symbole la dérive autoritaire du pouvoir égyptien.

Comme le rapporte le site d'informations Ahram Online, les autorités égyptiennes ont ordonné dimanche 29 novembre l'arrestation pour 15 jours du journaliste d'investigation Ismail Alexandrani, spécialiste du Sinaï, pour «propagation de fausses informations»

Une source judiciaire a indiqué à Ahram Online que le journaliste avait également été inculpé pour avoir rejoint l'organisation des Frères musulmans. Ismail Alexandrani a été arrêté à l'aéroport d'Hurghada alors qu'il venait d'Allemagne, où il réside, pour rendre visite à sa grand-mère «malade», selon ses dires.

L'un des avocats du journaliste, Mohamed al-Baqer, a précisé que l’interrogatoire du journaliste se poursuivrait jeudi 3 décembre.

«Un message très négatif»

«L’arrestation de Monsieur Alexandrani dérange profondément, et s’inscrit dans une constante des services de sécurité égyptiens, qui arrêtent ceux dont les écrits ne sont pas conformes aux positions officielles», a dénoncé dans un communiqué, cité par l'AFP, l'ONG Human rights watch

«Il n’y a pas de preuves», a pour sa part affirmé son avocat, estimant que l’affaire envoyait «un message très négatif aux journalistes, les (poussant) à s’autocensurer lorsque leurs opinions divergent de celles des autorités.»

De graves atteintes à la liberté de la presse ont été régulièrement constatées dans le pays depuis l'arrivée au pouvoir du général Abdel Fattah al-Sissi à l'été 2013. Trois journalistes de la chaîne qatarie Al Jazeera avaient été condamnés à trois ans de prison, eux aussi pour «diffusion de fausses informations», en août 2015, avant d'être graciés et libérés en septembre.

 Dans son classement 2014 de la liberté de la presse dans le monde, Reporters sans frontières (RSF) a classé l'Egypte au 158e rang (sur 180). 

«Au nom de la lutte contre le terrorisme, les autorités égyptiennes, incarnées par le général Sissi, s’en prennent systématiquement aux médias affiliés aux Frères musulmans, ou considérés comme proches de la confrérie. Rien qu’en 2014, au moins 30 journalistes ont été arbitrairement interpellés, accusés d’avoir participé ou organisé des manifestations ou de soutenir une organisation terroriste. Les autorités continuent d’utiliser des prétextes fallacieux pour les maintenir en détention», affirme RSF.

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Le site de la commission électorale piraté au Ghana avant l'annonce des résultats  Les girafes, ces «gentils géants» menacés d'extinction  L'Angola nomme sa nouvelle autoroute Fidel-Castro, mauvaise idée 

al-Sissi

Etat policier

Sans honte, la justice égyptienne dénonce les crimes policiers aux Etats-Unis

Sans honte, la justice égyptienne dénonce les crimes policiers aux Etats-Unis

Politique

Comment les activistes égyptiens s'organisent face à la «répression préventive»

Comment les activistes égyptiens s'organisent face à la «répression préventive»

Boulette

L'Egypte a massacré La Marseillaise devant François Hollande, et c'est un peu une spécialité

L'Egypte a massacré La Marseillaise devant François Hollande, et c'est un peu une spécialité

Sinaï

AFP

Egypte: le tourisme reste meurtri un an après le crash du Sinaï

Egypte: le tourisme reste meurtri un an après le crash du Sinaï

AFP

Egypte: 12 soldats tués dans une attaque dans le Sinaï

Egypte: 12 soldats tués dans une attaque dans le Sinaï

AFP

Egypte: deux policiers tués dans un attentat

Egypte: deux policiers tués dans un attentat