mis à jour le

Roch Marc Christian Kaboré, nouveau président du Burkina, le 29 novembre 2015. Crédit photo: REUTERS/Joe Penney
Roch Marc Christian Kaboré, nouveau président du Burkina, le 29 novembre 2015. Crédit photo: REUTERS/Joe Penney

Quatre choses à savoir sur Roch Marc Kaboré, nouveau président du Burkina

La classe politique burkinabé a reconnu avec fair-play la victoire de cet ancien proche collaborateur de Blaise Compaoré.

Un peu plus d'un an après la chute de Blaise Compaoré, et quelques semaines après le coup d'Etat raté des putschistes du RSP, l'ex-garde présidentielle, le Burkina Faso a un nouveau président. Roch Marc Christian Kaboré, 58 ans, a été élu à la tête du «pays des hommes intègres», selon les résultats de la présidentielle annoncés dans la nuit du 30 novembre au 1er décembre. Mais, qui est vraiment ce tout neuf chef d'Etat à qui incombe la lourde tâche de renforcer cette démocratie naissante qu'est le Burkina?

1- Né avec «une cuillière d'argent dans la bouche»

Si son nom ne dit pas grand-chose aux non-initiés de la politique intérieure du Burkina, Roch Marc Christian Kaboré ne débarque pas de nulle part. Comme le rappelle Le Monde sur son site, le nouveau président est le fils de Charles Bila Kaboré, ancien ministre des Finances puis de la Santé. Il est «né avec une cuiller d’argent dans la bouche», note le quotidien britannique The Guardian.

2- Il a étudié en France

Roch Marc Christian Kaboré maîtrise parfaitement la langue française. Et pour cause. Le jeune Roch Marc Christian Kaboré a effectué ses études universitaires en France. D'abord en s'inscrivant en sciences économiques à l’université de Dijon à partir de la rentrée académique 1975-1976, comme le rapporte l'hedomadaire Jeune Afrique, avant de décrocher en 1979 une maîtrise en sciences économiques, puis un diplôme d’études supérieures spécialisées (DESS) en gestion, toujours à Dijon.

3- Il a appelé à voter Compaoré en 2010

Kaboré a connu une ascension météorique dans l'espace politique burkinabé dès l'arrivée au pouvoir de Blaise Compaoré, en 1987, qui l'a très vite pris sous son aile. «Plusieurs fois ministre, il devient un des personnages clé du régime occupant les fonctions les plus prestigieuses comme premier ministre ou président de l’assemblée nationale», comme l'écrit Le MondeDans cette interview télévisée sur Africa24, on peut le voir soutenir la candidature de Blaise Compaoré avant la présidentielle de 2010, pour «bâtir ensemble un Burkina émergeant». Longtemps présenté comme le dauphin de l'inamovible chef d'Etat, Kaboré tombe en disgrâce en 2012. Il fondera deux ans plus tard le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP): un organe politique qui lui servira finalement de chausse-pied vers le pouvoir.

4- Un Mossi proche du peuple

Roch Marc Christian Kaboré appartient à l'ethnie des Mossi, qui représente environ un tiers de la population du Burkina. «Je dirais plutôt que Roch incarne l'esprit Mossi, il recherche le consensus. C'est un pur produit du Burkina Faso», confie un journaliste burkinabé à RFI. Un avantage pour gouverner un pays qui veut définitivement tourner la page des années Compaoré.

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Des forces spéciales américaines combattent toujours les djihadistes au Mali  Les orphelinats africains ferment en masse et c'est une bonne nouvelle  La mort mystérieuse de l'ambassadeur russe au Soudan 

Compaoré

AFP

Zéphirin Diabré, de l'ancien régime Compaoré aux promesses de "vrai changement"

Zéphirin Diabré, de l'ancien régime Compaoré aux promesses de "vrai changement"

AFP

La France autorise l'extradition de François Compaoré vers le Burkina Faso

La France autorise l'extradition de François Compaoré vers le Burkina Faso

AFP

Le Burkina Faso demande

Le Burkina Faso demande

Ouagadougou

AFP

Coronavirus au Burkina : le grand marché de Ouagadougou rouvre

Coronavirus au Burkina : le grand marché de Ouagadougou rouvre

AFP

Ouagadougou accueille un sommet ouest-africain pour contrer la propagation du jihadisme

Ouagadougou accueille un sommet ouest-africain pour contrer la propagation du jihadisme

AFP

Lutte contre le terrorisme: sommet de la Cédéao le 14 septembre

Lutte contre le terrorisme: sommet de la Cédéao le 14 septembre

Sankara

AFP

Burkina: une statue de Sankara réinstallée après avoir été modifiée

Burkina: une statue de Sankara réinstallée après avoir été modifiée

AFP

Burkina: polémique autour d'une statue en hommage

Burkina: polémique autour d'une statue en hommage

AFP

Burkina: première pierre d'un monument

Burkina: première pierre d'un monument