mis à jour le

Mauritanie: le président Aziz accuse des ONG de semer "la haine et la division"

Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz a accusé des organisations de défense des droits de l'Homme de semer "la haine et la division" entre les communautés arabes et négro-africaines de Mauritanie, lors d'une conférence de presse samedi soir.

"L'évocation de la question (des victimes négro-africaines des années 1989-1991) après les solutions trouvées avec les ayants-droits n'est qu'une manière d'inciter à la haine et à la division entre les citoyens de ce pays", a dit M. Aziz à la presse à l'occasion du 55e anniversaire de l'indépendance de la Mauritanie.

Plusieurs organisations de droits de l'homme en Mauritanie ont dénoncé samedi, dans des communiqués, la "pendaison en 1990 de 28 militaires négro-africains (accusés de tentative de coup d'Etat) dans la localité d'Inal" (nord), sous le président Maaouiya Ould Taya (1984-2005).

Pour ces ONG, "le 28 novembre, jour de l'indépendance nationale, est perçu comme un jour de deuil et non de fête" en Mauritanie, un pays pluriethnique.

Elles ont aussi dénoncé le sort des ex-réfugiés négro-mauritaniens au Sénégal, des "réfugiés dans leur propre pays", selon elles, en raison notamment de leurs mauvaises conditions sociales.

Ces ex-réfugiés avaient été déportés au Sénégal après des violences communautaires entre les deux pays en 1989 et qui avaient abouti à  des départs de populations de part et d'autre.

"Les familles des victimes (les militaires pendus en 1989-1991) qui sont les seules à pouvoir accorder pardon" ont été conviées à faire des propositions "en collaboration avec leurs associations, des imams et érudits" pour réparer ces exactions "graves" et "leurs propositions ont été appliquées à la lettre", a affirmé le dirigeant mauritanien.

"Dès lors que cette question a été réglée, toute évocation de ce problème n'est qu'une manière d'inciter à la haine et à la division, car nous ne pouvons pas ressusciter les morts" a-t-il martelé.

Il a rappelé avoir organisé en 2009 "une prière à Kaédi (sud) à la mémoire des victimes et des réparations matérielles ont été accordées à leurs ayants-droits".

Le président Aziz a également démenti l'existence de l'esclavage dans son pays. Officiellement, l'esclavage a été aboli en 1981 en Mauritanie mais le phénomène y perdure néanmoins, selon des ONG.

AFP

Ses derniers articles: RD Congo: nouveaux affrontements entre forces de sécurité et une milice  Kinshasa: un journaliste relâché après six heures de détention  L'ancien avion A340 de Ben Ali vendu 

haine

AFP

Centrafrique: la haine ne désarme pas

Centrafrique: la haine ne désarme pas

AFP

Algérie: le RND dénonce "la haine des Français" après les propos de Hollande

Algérie: le RND dénonce "la haine des Français" après les propos de Hollande

Abdou Semmar

Selon un ministre algérien, les marocains “ont fait montre d’une haine injustifiée” envers l’Algérie

Selon un ministre algérien, les marocains “ont fait montre d’une haine injustifiée” envers l’Algérie

ONG

AFP

Soudan du Sud: les Casques bleus mis en cause par une ONG

Soudan du Sud: les Casques bleus mis en cause par une ONG

AFP

Attaque terroriste au Kenya: la version policière remise en cause par des ONG

Attaque terroriste au Kenya: la version policière remise en cause par des ONG

AFP

Tunisie: des ONG critiquent Tunis au sujet de journalistes disparus en Libye

Tunisie: des ONG critiquent Tunis au sujet de journalistes disparus en Libye

président

AFP

Angola: le président dos Santos ne se présentera pas

Angola: le président dos Santos ne se présentera pas

AFP

Angola: Dos Santos, président énigmatique et tout-puissant

Angola: Dos Santos, président énigmatique et tout-puissant

AFP

Gambie: Yahya Jammeh, imprévisible président

Gambie: Yahya Jammeh, imprévisible président