mis à jour le

Al-Qaïda dit avoir tué deux hommes suspectés d'être des espions pour la France au Mali

L'organisation Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) affirme avoir assassiné en octobre deux hommes qu'elle soupçonnait être des espions au service de la France au Mali, dans un communiqué diffusé par l'agence de presse privée mauritanienne Al-Akhbar.

Les deux hommes sont "Mohamed Ag Abdellah (Kanou), tué le 9 octobre 2015 à Bir (Mali) et Fajr Ag Sidi Mohamed, tué le jeudi 19 octobre 2015 dans sa cachette à Burje Al-Barajina, en Algérie", selon les termes du communiqué.

Al-Akhbar fait partie des médias privés mauritaniens diffusant régulièrement des communiqués d'Aqmi et d'autres organisations jihadistes sans jamais être démentis. 

Selon cette agence, il s'agit de deux Touareg originaires du nord du Mali et accusés par Aqmi "d'espionnage pour le compte de la France", engagée militairement au Mali depuis le déclenchement, en janvier 2013, d'une opération internationale contre les groupes jihadistes.

Les deux hommes assassinés "collectaient des renseignements sur ses positions pour les fournir ensuite aux Français" au Mali, précise Aqmi dans son communiqué, accusant les deux hommes d'avoir tué certains de ses combattants.

Aqmi, selon le communiqué, a menacé de continuer à  "traquer les collaborateurs avec les Français ou avec d'autres apostats". 

En septembre 2014, cinq Touareg membres d'une même famille avaient été enlevés près de Tombouctou (nord-ouest du Mali) par des hommes armés. Une semaine plus tard, quatre avaient été libérés, le cinquième avait été tué, décapité.

Celui qui a été assassiné était accusé par Aqmi "d'être un informateur" des troupes françaises et de la Minusma, selon un membre de sa famille.

Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda après la déroute de l'armée face à la rébellion à dominante touareg, d'abord alliée à ces groupes qui l'ont ensuite évincée. 

Les groupes islamistes extrémistes ont été dispersés et en ont été en grande partie chassés à la suite du lancement de l'opération militaire internationale contre eux, qui se poursuit actuellement. Mais des zones entières échappent encore au contrôle des forces maliennes et étrangères.

AFP

Ses derniers articles: En Algérie, un scrutin local largement boudé  Esclavage en Libye: "tout le monde savait", dénoncent ONG et analystes  Nigeria: un ancien vice-président quitte le parti au pouvoir 

al-Qaida

AFP

Libération du Sud-Africain enlevé au Mali par Al-Qaïda en 2011

Libération du Sud-Africain enlevé au Mali par Al-Qaïda en 2011

AFP

L'otage sud-africain détenu par Al-Qaïda au Mali "va bien", selon son père

L'otage sud-africain détenu par Al-Qaïda au Mali "va bien", selon son père

AFP

Libération d'un Suédois enlevé par Al-Qaïda en 2011 au Mali

Libération d'un Suédois enlevé par Al-Qaïda en 2011 au Mali

espions

AFP

Mozambique: manifestation d'anciens espions pour leur retraite

Mozambique: manifestation d'anciens espions pour leur retraite

France

AFP

Niamey:

Niamey:

AFP

Au Niger et au Tchad, la France veut repérer les réfugiés déterminés

Au Niger et au Tchad, la France veut repérer les réfugiés déterminés

AFP

La France va accueillir les premiers réfugiés évacués de Libye par le HCR

La France va accueillir les premiers réfugiés évacués de Libye par le HCR