SlateAfrique

mis à jour le

Au Nigeria, le journalisme d'investigation se porte bien

Si, dans de nombreux pays d’Afrique, la liberté de la presse n'est pas toujours respectée, le continent est également doté d’un journalisme d’investigation de qualité. Tous les ans, le Forum for African Investigative Reporters (Fair), une association professionnnelle africaine pour la promotion du journalisme d'investigation, récompense les journalistes africains les plus talentueux au cours de la cérémonie des Fair Awards. Cette année, le quotidien nigérian Next a remporté deux des trois prix décernés lors de la cérémonie qui se déroulait à Johannesburg, en Afrique du Sud, rapporte le journal en ligne nigérian Sahara Reporters.

Peter Nkanga et Idris Akinbajo ont remporté le prix du Meilleur journaliste d’investigation africain de l’année pour leur enquête intitulée Last Minutes Oil Deal that Cost Nigeria Dear publiée le 12 juin. Les deux journalistes ont été chaleureusement applaudis par l’audience.

Au cours de leur enquête, Peter Nkanga et Idris Akinbajo ont travaillé sur les pratiques clandestines perpétrées dans l’industrie du pétrole, des pratiques qui impliquent Diezani Alison-Madueke, la ministre du Pétrole et d’autres haut-fonctionnaires nigérians.

Ces derniers ont détourné le pétrole pour leurs propres intérêts en s’attribuant plusieurs milliards de dollars.

Le jury des Fair Awards a salué le travail des deux journalistes:

«Une excellente enquête approfonfie sur un sujet important. C’est un exceptionnel travail de journalisme.»

Le jury en a également profité pour condamné l’attitude du président nigérian Goodluck Jonathan, qui a maintenu la ministre Diezani Alison-Madueke à son poste, malgré l’enquête des deux journalistes de Next qui contenait des preuves accablantes.

Lors de cette cérémonie, Musikilu Mojeed, le rédacteur en chef du service d’investigation de Next, a également été récompensé. En lui attribuant le Fair Editor’s Courage Award («prix du courage» du rédacteur en chef), le jury a tenu a salué le comportement du rédacteur en chef, qui, en dépit des menaces de mort et du harcèlement de la police, a publié l'enquête.

Lors de cette cérémonie, les travaux des Nigérians Nicholas Ibekwe et Toyosi Ogunseye ont également été salués.

Cette année, les Fair Awards se sont intéressés à quarante articles issus de divers médias africains. Ils ont été jugés par des journalistes d’investigation de renommée mondiale.

Lu sur Sahara Reporters

A lire aussi

Ethiopie - WikiLeaks met des journalistes en danger

Ethiopie - Des journalistes inculpés de terrorisme

Presse: la liberté passe par le Net

Le web, un espace de liberté en Côte d'Ivoire