SlateAfrique

mis à jour le

Sénégal - La pélerine voleuse échappe à la charia

La pélerine voleuse ne sera pas amputée. Accusée du vol de bijoux d’une valeur de 1.500 euros au cours d’un pèlerinage dans la ville sainte de La Mecque, la Sénégalaise Ndèye Binta Diagne Guèye a été libérée par les autorités saoudiennes le 2 novembre.

La femme originaire du quartier populaire de HLM Grand-Yoff, à Dakar, est une commerçante connue pour son exubérance et ses dons généreux dans les soirées mondaines. Elle avait été interpellée à Djeddah, ville commerçante saoudienne, et détenue pendant près d’une semaine. 

Selon la loi saoudienne régie par la charia, elle risquait d’être amputée de la main pour son larcin.

Elle a été prise en flagrant délit de vol grâce à la vidéosurveillance du magasin dans lequel elle a dérobé les bijoux, même si ces derniers avaient mystérieusement disparu lorsqu’on l’a arrêtée, explique le journal sénégalais Le Quotidien.

Grâce aux négociations entre le Sénégal et l'Arabie Saoudite, la pèlerine devrait être extradée rapidement. En revanche, ce ne serait pas le gouvernement sénégalais, mais une amie de l'accusée, Awa Khouma, qui lui aurait sauvé la mise en payant une caution équivalente au montant du délit, d’après Modou Bâ, un attaché consulaire du Sénégal à Djeddah. Le consul général à Djeddah, Cheikh Guèye, a ajouté que:

«le boutiquier a fini par retirer sa plainte. Ce qui a retardé sa libération, c’est que la justice insiste pour que justice soit faite»

Ndèye B. D. Guèye aurait confié à l’attaché consulaire, qu’elle avait «honte de rentrer au pays vu que sa photo a été plaquée dans les journaux». Il est vrai que cette arrestation a créé quelques tensions entre la Commission du pèlerinage, la diplomatie sénégalaise et l’Arabie Saoudite, d’après le Quotidien. L’attaché consulaire rappelle qu’il avait dû sortir un agent du ministère des Affaires étrangères du même pétrin, en 2007. 

Les pèlerins voleurs seraient un vrai phénomène contre lequel le gouvernement sénégalais voudrait agir. Des «recommandations relatives à cette catégorie particulière de pèlerins» devraient être prises pour se désolidariser de ces derniers, car ils entâchent la réputation des pèlerins sénégalais à la Mecque.

Lu sur Le Quotidien, Dakaractu

A lire aussi

Vers un islam à la sénégalaise?

Le Sénégal reçoit 10.000 moutons saoudiens en cadeau