mis à jour le

Rwanda: la réforme de la Constitution pour un 3e mandat de Kagame adoptée

Les sénateurs rwandais ont adopté mardi à leur tour, après les députés, une modification de la Constitution permettant au président Paul Kagame de se représenter en 2017 et de potentiellement diriger le pays jusqu'en 2034, a constaté une journaliste de l'AFP.

Le Sénat a voté, dans les mêmes termes que l'Assemblée le 29 octobre, les nouveaux articles 101 et 172 qui sont donc définitivement adoptés. Le nouvel article 101 fait passer de cinq à sept ans le mandat présidentiel et en limite le nombre à deux. Mais le nouvel article 172 autorise "le président en exercice" à briguer un nouveau septennat en 2017, et à être réélu ensuite pour deux quinquennats, conformément à l'article 101.

AFP

Ses derniers articles: RDC: l'ONU s'attend  L'Ougandais Ongwen, l'enfant-soldat devenu chef sanguinaire  CPI: Dominic Ongwen, ex-chef de la LRA, plaide non coupable 

Constitution

AFP

Côte d'Ivoire: promulgation de la nouvelle Constitution

Côte d'Ivoire: promulgation de la nouvelle Constitution

AFP

Côte d'Ivoire: 2 opposants

Côte d'Ivoire: 2 opposants

AFP

Côte d'Ivoire: ouverture de la campagne du référendum sur la Constitution

Côte d'Ivoire: ouverture de la campagne du référendum sur la Constitution

kagamé

AFP

Macky Sall et Paul Kagame appellent l'Afrique

Macky Sall et Paul Kagame appellent l'Afrique

AFP

Rwanda: Washington déçu par la décision du président Kagame de se représenter

Rwanda: Washington déçu par la décision du président Kagame de se représenter

AFP

Rwanda: le président Paul Kagame se représentera en 2017

Rwanda: le président Paul Kagame se représentera en 2017

réforme

AFP

Soudan du Sud: le Parlement lève l'obstacle

Soudan du Sud: le Parlement lève l'obstacle

AFP

Sexualité, religion: une réforme du code pénal suscite de vifs débats au Maroc

Sexualité, religion: une réforme du code pénal suscite de vifs débats au Maroc

AFP

Le Burkina entreprend la réforme de sa justice décriée sous Compaoré

Le Burkina entreprend la réforme de sa justice décriée sous Compaoré