mis à jour le

Boko Haram a détruit plus de 1.000 écoles cette année

L'organisation islamiste Boko Haram a détruit quelque 1.100 écoles cette année dans la région du lac Tchad, a dénoncé lundi le coordinateur humanitaire de l'ONU pour le Sahel, Toby Lanzer.

Les écoles se trouvaient au Cameroun, au Tchad, au Niger et au Nigeria, soit les quatre pays les plus affectés par les attaques du groupe qui a été placé en 2014 par l'ONU sur sa liste noire des organisations terroristes, a précisé le haut responsable onusien, lors d'une conférence de presse.

Ce n'est pas la première fois que le groupe est accusé d'avoir attaqué des écoles et universités.

L'insurrection menée par Boko Haram a fait au moins 17.000 morts depuis 2009. Les violences ont déplacé 2,6 millions de personnes, dont 2,2 millions sont des Nigérians, selon M. Lanzer.

Le président nigérian Muhammadu Buhari a donné pour objectif à l'armée de mettre un terme d'ici la fin de l'année à l'insurrection.

"Il y a une appréciation assez réaliste de la gravité de la situation", a déclaré M. Lanzer, précisant qu'il parlait spécifiquement de l'administration dirigée par M. Buhari.

AFP

Ses derniers articles: Accord Canal+ et CAF pour la diffusion de la CAN en Afrique francophone  Tchad: onze opposants libérés, des femmes interdites de rassemblement  Egypte: "une stratégie de trois ans" pour relancer l'économie 

écoles

AFP

En Afrique, la Turquie livre une guerre totale

En Afrique, la Turquie livre une guerre totale

AFP

Les écoles brûlent au Kenya et le pays se demande pourquoi

Les écoles brûlent au Kenya et le pays se demande pourquoi

AFP

Afrique du Sud: incendie criminel

Afrique du Sud: incendie criminel

haram

AFP

Cameroun: six militaires tués dans une attaque de Boko Haram

Cameroun: six militaires tués dans une attaque de Boko Haram

AFP

Recul de Boko Haram et de l'EI: moins de morts en 2015

Recul de Boko Haram et de l'EI: moins de morts en 2015

AFP

Nigeria: Boko Haram promet de poursuivre "la guerre" sous Trump

Nigeria: Boko Haram promet de poursuivre "la guerre" sous Trump