mis à jour le

Niger: un ex-ministre, poursuivi pour trafic de bébés, candidat

Un ex-ministre de l'Agriculture du Niger, Abdou Labo, poursuivi dans un trafic international de bébés, a été investi candidat à la présidentielle de début 2016, a annoncé dimanche son parti.

Son investiture porte à quatre le nombre de candidats officiellement déclarés à ce jour au scrutin présidentiel, dont le premier tour couplé à des législatives est programmé le 21 février 2016.

"Nous avons investi tard samedi soir le camarade Abdou Labo candidat à l'élection présidentielle de 2016", indique un communiqué de la Convention démocratique et sociale (CDS) à l'issue d'un congrès extraordinaire tenu à Niamey en présence de M. Labo.

Abdou Labo, qui est considéré comme un proche de l'actuel président Mahamdou Issoufou, est le vice-président de la CDS et ex-ministre de l'Agriculture. 

Il a quitté le gouvernement après avoir été poursuivi, avec une vingtaine de personnes, pour "supposition d'enfants", délit consistant à attribuer la maternité d'un enfant à une femme ne l'ayant pas mis au monde.

Toutes ces personnes sont accusées d'avoir participé à un trafic de bébés qui auraient été conçus au Nigeria, puis amenés au Niger.

M. Labo dispute depuis deux ans la tête du parti avec Mahamane Ousmane, l'ex-chef président (1993-1996) et opposant au président Issoufou. Début novembre, la justice a interdit une réunion des partisans de Mahamane Ousmane qui voulaient l'investir candidat à la présidentielle, à Zinder (centre).

Outre Abdou Labo, trois autres personnalités se sont officiellement déclarées candidates : le président Issoufou, l'ancien ministre du Plan Amadou Boubacar Cissé, et Hama Amadou, l'ex-président du Parlement.

Ce dernier a été arrêté samedi dès sa descente d'avion à Niamey à son retour au Niger après un an d'exil en France.

Il a été écroué dans une prison à Filingué au nord-est de la capitale, selon son parti.

Opposant au président Issoufou, Hama Amadou a quitté le Niger fin août 2014 après que les députés eurent autorisé son audition par la justice dans l'affaire présumée de trafic international de bébés.

Hama Amadou a toujours dénoncé un "dossier politique" alors que le gouvernement parle d'un "dossier de droit commun".

AFP

Ses derniers articles: Marrakech en tête des villes où il fait bon vivre en Afrique  Le Burkinabè Diébédo Francis Kéré va créer un pavillon  Les corps de 74 migrants découverts sur une plage libyenne 

candidat

AFP

CAF: Hayatou candidat

CAF: Hayatou candidat

AFP

Ghana: le candidat de l'opposition remporte la présidentielle avec 53% des voix

Ghana: le candidat de l'opposition remporte la présidentielle avec 53% des voix

AFP

Election en Gambie: l'opposition choisit un candidat unique

Election en Gambie: l'opposition choisit un candidat unique

présidentielle

AFP

Somalie: élection présidentielle sous très haute sécurité

Somalie: élection présidentielle sous très haute sécurité

AFP

Présidentielle en Somalie: la faim et les shebab en toile de fond

Présidentielle en Somalie: la faim et les shebab en toile de fond

AFP

Gambie: de la présidentielle au retour du président Barrow

Gambie: de la présidentielle au retour du président Barrow

trafic

AFP

Bénin: l'homme d'affaires béninois Sébastien Ajavon impliqué dans un trafic de drogue présumé

Bénin: l'homme d'affaires béninois Sébastien Ajavon impliqué dans un trafic de drogue présumé

AFP

Kenya: libération conditionnelle d'un Britannique accusé de trafic de cocaïne

Kenya: libération conditionnelle d'un Britannique accusé de trafic de cocaïne

AFP

Kenya: un "baron" du trafic d'ivoire condamné

Kenya: un "baron" du trafic d'ivoire condamné