mis à jour le

Niger: un ex-ministre, poursuivi pour trafic de bébés, candidat

Un ex-ministre de l'Agriculture du Niger, Abdou Labo, poursuivi dans un trafic international de bébés, a été investi candidat à la présidentielle de début 2016, a annoncé dimanche son parti.

Son investiture porte à quatre le nombre de candidats officiellement déclarés à ce jour au scrutin présidentiel, dont le premier tour couplé à des législatives est programmé le 21 février 2016.

"Nous avons investi tard samedi soir le camarade Abdou Labo candidat à l'élection présidentielle de 2016", indique un communiqué de la Convention démocratique et sociale (CDS) à l'issue d'un congrès extraordinaire tenu à Niamey en présence de M. Labo.

Abdou Labo, qui est considéré comme un proche de l'actuel président Mahamdou Issoufou, est le vice-président de la CDS et ex-ministre de l'Agriculture. 

Il a quitté le gouvernement après avoir été poursuivi, avec une vingtaine de personnes, pour "supposition d'enfants", délit consistant à attribuer la maternité d'un enfant à une femme ne l'ayant pas mis au monde.

Toutes ces personnes sont accusées d'avoir participé à un trafic de bébés qui auraient été conçus au Nigeria, puis amenés au Niger.

M. Labo dispute depuis deux ans la tête du parti avec Mahamane Ousmane, l'ex-chef président (1993-1996) et opposant au président Issoufou. Début novembre, la justice a interdit une réunion des partisans de Mahamane Ousmane qui voulaient l'investir candidat à la présidentielle, à Zinder (centre).

Outre Abdou Labo, trois autres personnalités se sont officiellement déclarées candidates : le président Issoufou, l'ancien ministre du Plan Amadou Boubacar Cissé, et Hama Amadou, l'ex-président du Parlement.

Ce dernier a été arrêté samedi dès sa descente d'avion à Niamey à son retour au Niger après un an d'exil en France.

Il a été écroué dans une prison à Filingué au nord-est de la capitale, selon son parti.

Opposant au président Issoufou, Hama Amadou a quitté le Niger fin août 2014 après que les députés eurent autorisé son audition par la justice dans l'affaire présumée de trafic international de bébés.

Hama Amadou a toujours dénoncé un "dossier politique" alors que le gouvernement parle d'un "dossier de droit commun".

AFP

Ses derniers articles: Décès de l'ancien leader des Frères musulmans Mehdi Akef  Le Gabon dénonce un "acharnement" après la résolution du Parlement européen  Les musiciens Amadou et Mariam plus unis que jamais dans "La Confusion" 

candidat

AFP

Zimbabwe: Mugabe pourrait révéler le nom de son candidat préféré

Zimbabwe: Mugabe pourrait révéler le nom de son candidat préféré

AFP

Athlétisme: le Kenya bientôt candidat

Athlétisme: le Kenya bientôt candidat

AFP

Mondial-2026: le Maroc encore et toujours candidat

Mondial-2026: le Maroc encore et toujours candidat

présidentielle

AFP

Kenya: la Cour suprême accable la Commission électorale pour la présidentielle invalidée

Kenya: la Cour suprême accable la Commission électorale pour la présidentielle invalidée

AFP

RDC: l'ONU table toujours sur une présidentielle d'ici au 31 décembre

RDC: l'ONU table toujours sur une présidentielle d'ici au 31 décembre

AFP

Au Kenya, la confusion règne dans l'organisation de la nouvelle présidentielle

Au Kenya, la confusion règne dans l'organisation de la nouvelle présidentielle

trafic

AFP

Afrique centrale: le trafic d'ivoire s'internationalise

Afrique centrale: le trafic d'ivoire s'internationalise

AFP

La crise en Libye affecte la lutte contre le trafic d'êtres humains

La crise en Libye affecte la lutte contre le trafic d'êtres humains

AFP

Égypte: arrestation de 12 membres d'un réseau de trafic d'organes

Égypte: arrestation de 12 membres d'un réseau de trafic d'organes