mis à jour le

Un migrant porte une pancarte avec l'inscription: "pas de déportations forcées", à Calais. Photo: REUTERS/ Regis Duvignau
Un migrant porte une pancarte avec l'inscription: "pas de déportations forcées", à Calais. Photo: REUTERS/ Regis Duvignau

L'Union européenne va payer des Etats africains pour y renvoyer des migrants économiques

Les Européens sont prêts à débloquer plusieurs milliards d'euros pour renvoyer des migrants dans leur pays d'origine.

De nombreux dirigeants africains et européens vont se retrouver les 11 et 12 novembre à la Valette à Malte pour un Sommet international sur la migration. L'objectif, «rappeler que les phénomènes de migration ne peuvent pas uniquement être traités par des solutions sécuritaires, et que des stratégies de développement s’adressant aux causes profondes de ces migrations doivent également être prises en compte», selon l'Organisation internationale de la francophonie, qui participe à l'évènement.

Le site d'informations Quartz estime lui qu'il est «attendu que les leaders européens offrent aux pays africains plusieurs milliards d'euros en échange d'une réappatriation de migrants [africains] qui ont rejoint l'Europe pour trouver un travail, et non pas échapper à un conflit.» Il se murmure notamment que la Commission européenne devrait annoncer un plan de développement de 1.8 milliard d'euros en faveur des Etats africains qui seraient en accord avec ce plan.

«Ralentir le flux de migrants»

En octobre, l'Union européenne avait déjà proposé un plan d'aide de trois millions d'euros à la Turquie pour qu'elle accueille plus de réfugiés sur son sol, notamment en accordant plus facilement des visas. «Nos rencontres productives avec les dirigeants turcs ces dernières semaines étaient dédiées à un objectif: ralentir le flux de migrants qui vient en Europe via la Turquie» avait déclaré Donald Tusk, le président du Conseil européen.

Les fonds débloqués par les institutions européennes serviront principalement – en théorie – à développer des échanges scolaires d'élèves africains en Europe, à accorder plus de visas de travail à des personnes diplômées dans des domaines bien précis, mais aussi «à les empêcher de pénétrer dans la zone européenne», note Quartz. Les pays africains devront également améliorer la prise en charge des migrants dans les camps de régugiés.

Reste à voir si cela dissuadera les Africains candidats au départ de traverser la Méditerranée, et surtout si l'argent débloqué améliorera effectivement la vie de miliers d'entre-eux.

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Le site de la commission électorale piraté au Ghana avant l'annonce des résultats  Les girafes, ces «gentils géants» menacés d'extinction  L'Angola nomme sa nouvelle autoroute Fidel-Castro, mauvaise idée 

Méditérranée

AFP

Migrants: Cinq morts en Méditerranée mais des milliers de sauvés

Migrants: Cinq morts en Méditerranée mais des milliers de sauvés

Pétrole

Question pétrole, la Méditerranée ne sait pas sur quel pied danser

Question pétrole, la Méditerranée ne sait pas sur quel pied danser

AFP

Le HCR redoute jusqu'

Le HCR redoute jusqu'

migrants

AFP

Maroc: près de 400 migrants forcent la frontière

Maroc: près de 400 migrants forcent la frontière

AFP

Alger salue la coopération avec la Belgique sur les migrants

Alger salue la coopération avec la Belgique sur les migrants

AFP

Libye: des migrants attaqués sous les yeux des secouristes

Libye: des migrants attaqués sous les yeux des secouristes

réfugiés

AFP

Au Rwanda, le rêve universitaire de réfugiés congolais de Kiziba

Au Rwanda, le rêve universitaire de réfugiés congolais de Kiziba

AFP

Kenya: la fermeture du camp de réfugiés de Dadaab repoussée

Kenya: la fermeture du camp de réfugiés de Dadaab repoussée

AFP

RDC: le HCR transfère 30.000 réfugiés sud-soudanais dans une région du nord-est

RDC: le HCR transfère 30.000 réfugiés sud-soudanais dans une région du nord-est