mis à jour le

Sénégal: Macky Sall appelle

Le président sénégalais Macky Sall a appelé lundi soir les pays africains à promouvoir un "islam tolérant" et à échanger du renseignement pour lutter contre l'expansion du jihadisme sur le continent.

"Il faut développer un discours philosophique et théologique, une formation des imams dans le sens d'un islam tolérant", a-t-il déclaré lors du Forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique.

"Nous venons d'arrêter des imams au Sénégal, quelques-uns", a souligné M. Sall, mettant en garde contre toute exploitation politique de cette affaire relatée par les médias sénégalais, selon lesquels cinq personnes, dont deux femmes, ont été inculpées la semaine dernière et placées sous mandat de dépôt.

"Nous ne saurions accepter qu'on vienne nous imposer une autre forme de religion", avec des pratiques qui "ne correspondent ni à nos traditions, ni à notre conception de l'islam", a-t-il ajouté, en citant notamment en exemple le port du voile intégral.

"Nous ne pouvons accepter que des modèles qui viennent de je ne sais où soient imposés en Afrique simplement parce que les Africains sont pauvres, qu'il faut financer des mosquées, des écoles", a martelé le président sénégalais.

Le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian a aussi plaidé pour une promotion de l'islam modéré, en riposte à la propagande jihadiste sur les réseaux sociaux. 

"Il va falloir que les acteurs se concertent pour mettre en ½uvre une vraie synergie de médiatisation théologique de l'islam modéré et pour répondre à l'offensive caricaturale mais hautement technologique utilisée par les groupes terroristes", a-t-il souligné.

Le chef d'état-major des armées françaises, le général Pierre de Villiers, rappelant tous les moyens utilisés par ces groupes - cyberattaques, mines, attaques suicides, actions en direction des opinions - a noté qu'ils étaient "d'autant plus dangereux que peu coûteux, aisément accessibles".

Le président sénégalais a également insisté sur la nécessité d'échanger plus de renseignement entre les pays du Sahel alors que les groupes armés islamistes ne connaissent pas de frontières.

"Il faut renforcer la coopération de nos services en matière de renseignement, l'échange d'informations (...) de données de surveillance des réseaux de la criminalité transnationale", a assuré M. Sall en invitant à examiner cette question au prochain sommet de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao), dont il est le président en exercice.

Le général de Villiers a aussi souhaité une "meilleure coopération en matière de renseignement et de formation des forces spéciales", proposant l'aide de la France en la matière.

A l'instar de Macky Sall, le général Mohammed Babagana Monguno, conseiller pour la Sécurité nationale du Nigeria, a insisté sur l'importance de l'Etat de droit dans la lutte contre le terrorisme et réclamé "une approche coordonnée" en vue d'une meilleure "gouvernance" et d'un "renforcement des institutions. 

"Une telle approche devrait accorder la priorité à l'instauration d'Etats démocratiques" et des "droits de la personne", a-t-il dit.

AFP

Ses derniers articles: Affrontements dans le centre de la RD Congo : 23 morts  Ghana: les rastas prêchent pour la paix avant la présidentielle  Ghana: dernière ligne droite avant la présidentielle 

Afrique

AFP

Afrique du Sud: test d'un nouveau vaccin contre le sida

Afrique du Sud: test d'un nouveau vaccin contre le sida

AFP

Afrique du Sud: l'ANC rejette "l'appel" à la démission de Jacob Zuma

Afrique du Sud: l'ANC rejette "l'appel" à la démission de Jacob Zuma

AFP

Afrique centrale: un sommet régional sur la sécurité

Afrique centrale: un sommet régional sur la sécurité