mis à jour le

Des touristes russes quittent l'aéroport de Charm el-Cheikh, le 6 novembre 2015. Crédit photo: REUTERS/Asmaa Waguih
Des touristes russes quittent l'aéroport de Charm el-Cheikh, le 6 novembre 2015. Crédit photo: REUTERS/Asmaa Waguih

Le Royaume-Uni s'était déjà inquiété de la sécurité de l'aéroport de Charm el-Cheikh il y a un an

Les autorités égyptiennes avaient répondu en améliorant un peu le processus de sécurité.

À mesure que l'hypothèse d'une bombe introduite dans l'Airbus A321 de la compagnie russe Metrojet qui s'est disloqué dans le ciel égyptien puis crashé dans le désert du Sinaï, prend de l'épaisseur, les failles du système de sécurité de l'aéroport de Charm el-Cheikh apparaissent au grand jour. On vous déjà racontait la pagaille qui y régnait dans cet article publié sur Slate.fr, le 5 novembre

Mais si les services secrets britanniques et américains récoltent de plus en plus d'indices qui laissent penser qu'un terroriste a pu pénétrer dans l'avion avant le décollage pour y placer un engin explosif, le quotidien britannique The Guardian révèle ce vendredi 6 novembre que les autorités britanniques s'inquiétaient déjà, il y a près d'un an, de la porosité du service de sécurité de l'aéroport de Cham el-Cheikh.

À lire aussi sur Slate.fr: La sécurité de l'aéroport de Charm el-Cheikh pointée du doigt après le crash

Une porte-parole du Premier ministre britannique David Cameron a souligné qu'une équipe d'experts avait été envoyée à l'aéroport égyptien et sur les complexes touristiques du littoral à la fin de l'année 2014 pour y inspecter les systèmes de sécurité et faire des recommandations. 

«L'Egypte avait pris en compte les remarques des experts et il y a eu une bonne coopération, indique The Guardian, mais les experts de l'aviation qui étaient à Charm el-Cheikh mercredi 4 novembre n'étaient pas satisfait de la sécurité de l'aéroport.»

Uniquement des bagages en cabine

Un employé de l'aéroport de la station balnéaire égyptienne a également confié au journal britannique:

«Les Britanniques se sont plaints qu'il n'y avait pas assez de fouille des passagers. Nous aurions dû faire plus. La sécurité aurait pu être améliorée en ajoutant un nouveau scanner et en mettant à jour les autres».

La porte-parole de David Cameron n'a pas démenti les critiques des experts britanniques sur les fouilles de passagers, mais elle n'a en renvanche pas voulu préciser qu'elles avaient été les exigences des autorités britanniques.

Le quotidien égyptien The Cairo Post a lui indiqué vendredi 6 novembre que la compagnie aérienne KLM autorise désormais uniquement les bagages en cabine sur les vols en partance du Caire, pour éviter toute introduction d'un engin explosif en soute. Une mesure également appliquée par les compagnies britanniques qui évacuent les touristes britanniques qui étaient en vacances à Charm el-Cheikh.

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Le site de la commission électorale piraté au Ghana avant l'annonce des résultats  Les girafes, ces «gentils géants» menacés d'extinction  L'Angola nomme sa nouvelle autoroute Fidel-Castro, mauvaise idée