mis à jour le

Soudan du Sud: l'ONU et les Etats-Unis exigent la libération de 12 contractuels enlevés

La chef de la mission de l'ONU au Soudan du Sud (UNMISS) et la diplomatie américaine ont exigé vendredi la libération immédiate de 12 contractuels enlevés par des rebelles et souligné que leur rapt pouvait constituer un "crime de guerre" passibles de sanctions.

"J'insiste sur le fait que la prise en otage de personnels de l'UNMISS équivaut à une attaque contre l'ONU", a déclaré Margrethe Loj dans un communiqué. 

"De telles attaques contre les Casques Bleus et tout autre personnel (de l'ONU) peuvent constituer un crime de guerre", a-t-elle ajouté.

A Washington, le département d'Etat a repris le même argumentaire, réclamant la "libération immédiate" des contractuels.

"Les attaques contre des soldats de maintien de la paix et autres membres de l'ONU pourraient constituer des crimes de guerre et conduire à des sanctions, sous le régime de la résolution 2206 du Conseil de sécurité", a mis en garde dans un communiqué le porte-parole du ministère américain, John Kirby.

Une centaine de rebelles lourdement armés ont enlevé lundi 30 membres de l'UNMISS alors qu'une guerre civile oppose depuis près de deux ans le gouvernement sud-soudanais du président Salva Kiir à une rébellion dirigée par l'ex vice-président Riek Machar.

Dix-huit Casques bleus originaires du Bangladesh ont ensuite été libérés, mais 12 contractuels sud-soudanais sont encore aux mains des rebelles.

Le rapt s'est déroulé sur le Nil, au nord de la ville de Malakal, visant une barge transportant du carburant pour des Casques bleus.

L'armée gouvernementale sud-soudanaise avait affirmé jeudi que la barge transportait du carburant et du "ravitaillement" destiné au général rebelle Gabriel Tanginya, un puissant chef de guerre de la région pétrolifère du Nil supérieur (nord-est).

Mme Loj a rejeté ces accusations, en assurant que "toute la cargaison de carburant était destinée à réapprovisionner la base de l'UNMISS".

L'ONU avait déjà appelé jeudi M. Machar à "prendre ses responsabilités" et à "maintenir son engagement auprès des Nations unies pour qu'ils soient libérés sans encombre".

Le Soudan du Sud a proclamé son indépendance en juillet 2011, avant de replonger en décembre 2013 dans la guerre en raison de dissensions politico-ethniques, alimentées par la rivalité entre MM. Machar et Kiir.

Quelque 12.500 soldats et policiers ont été déployés par les Nations unies dans le plus jeune pays du monde, où les combats et les massacres ont provoqué une grave crise économique et humanitaire, et déplacé plus de 2,2 millions de personnes.

Les Etats-Unis, parrains de l'indépendance du Soudan du Sud, ont une nouvelle fois "exhorté les deux parties à souscrire immédiatement au cessez-le-feu (signé en août, Ndlr) et à permettre un accès sans entraves à l'ONU et au personnel humanitaire".

 

Etats-Unis

AFP

Corruption: des hauts responsables congolais interdits d'entrée aux Etats-Unis

Corruption: des hauts responsables congolais interdits d'entrée aux Etats-Unis

AFP

Mozambique: les Etats-Unis mettent en garde contre des "attaques imminentes" dans le nord

Mozambique: les Etats-Unis mettent en garde contre des "attaques imminentes" dans le nord

AFP

Troubles au Cameroun anglophone: l'ambassadeur des Etats-Unis convoqué

Troubles au Cameroun anglophone: l'ambassadeur des Etats-Unis convoqué

l'ONU

AFP

L'ONU "débordée" en Centrafrique où les menaces augmentent

L'ONU "débordée" en Centrafrique où les menaces augmentent

AFP

Darfour: l'ONU veut réduire encore la mission de maintien de la paix

Darfour: l'ONU veut réduire encore la mission de maintien de la paix

AFP

Somalie: l'ONU réclame le "libre passage de l'aide humanitaire"

Somalie: l'ONU réclame le "libre passage de l'aide humanitaire"

libération

AFP

Niger: dix ONG demandent la libération d'activistes détenus depuis mars

Niger: dix ONG demandent la libération d'activistes détenus depuis mars

AFP

Congo: des ONG appellent

Congo: des ONG appellent

AFP

Congo-Brazzaville: Ras-le-bol demande la libération de 23 de ses membres

Congo-Brazzaville: Ras-le-bol demande la libération de 23 de ses membres