mis à jour le

Ouganda: l'opposition s'accorde sur un candidat unique pour la présidentielle

Les chefs de l'opposition ougandaise ont annoncé vendredi s'être mis d'accord pour, le moment venu, désigner un candidat unique à la présidentielle de 2016 afin d'affronter le sortant Yoweri Museveni, au pouvoir depuis près de trente ans.

Fin septembre, des discussions entre les huit formations de l'Alliance démocratique (TDA) - la coalition de l'opposition ougandaise - avaient échoué, ne permettant pas de départager les deux principaux aspirants: Kizza Besigye, opposant historique et dirigeant du Forum pour le Changement démocratique (FDC), et Amama Mbabazi, Premier ministre de M. Museveni jusqu'en 2014 qui a rejoint l'opposition après être tombé en disgrâce.

Même si aucun candidat n'a été nommément désigné, MM. Besigye et Mbabazi ont dit vendredi dans un communiqué s'être entendus sur le principe.

"Nous irons aux élections, comme convenu, en une coalition unique avec un seul candidat à la présidence", affirme le communiqué, au lendemain de la signature d'un accord à Londres entre les deux leaders de l'opposition.

Yoweri Museveni a déjà été investi par son parti, le Mouvement national de Résistance (NRM) pour l'élection de février. En juillet 2005, une réforme de la Constitution a supprimé toute restriction sur le nombre de mandats pour le chef de l'Etat. Au pouvoir depuis 1986, Yoweri Museveni a ainsi été réélu en 2006 puis en 2011.

Ayant longtemps été des figures du parti au pouvoir, les challengers de l'opposition peinent à offrir une alternative convaincante, ainsi qu'à critiquer un système dont ils ont un temps bénéficié, voire aidé à mettre en place.

Médecin personnel de Yoweri Museveni dans le maquis à l'époque où le NRM était une rébellion, M. Besigye a occupé, après la conquête du pouvoir, plusieurs postes importants au sein du régime, avant de rompre en 1999 et d'incarner l'opposition au chef de l'Etat.

Candidat malheureux face à M. Museveni en 2001, 2006 et 2011, il avait annoncé qu'il ne se représenterait plus, affirmant que des élections libres et équitables étaient impossibles en Ouganda. Mais il avait été à nouveau été investi candidat par le FDC début septembre.

Depuis sa défaite de 2011, M. Besigye a organisé une série de manifestations - interdites - contre le gouvernement, qui lui ont valu de multiples arrestations et des heures de garde-à-vue, pendant que ses partisans étaient pourchassés dans les rues, dispersés à coups de gaz lacrymogènes et arrêtés.

AFP

Ses derniers articles: Accord Canal+ et CAF pour la diffusion de la CAN en Afrique francophone  Tchad: onze opposants libérés, des femmes interdites de rassemblement  Egypte: "une stratégie de trois ans" pour relancer l'économie 

candidat

AFP

Election en Gambie: l'opposition choisit un candidat unique

Election en Gambie: l'opposition choisit un candidat unique

AFP

Algérie: Alain Perrin de nouveau candidat au poste de sélectionneur

Algérie: Alain Perrin de nouveau candidat au poste de sélectionneur

AFP

Zambie: le candidat battu de l'opposition appelle

Zambie: le candidat battu de l'opposition appelle

présidentielle

AFP

Présidentielle au Ghana: l'opposition retente sa chance

Présidentielle au Ghana: l'opposition retente sa chance

AFP

Présidentielle au Ghana: ce qu'il faut savoir

Présidentielle au Ghana: ce qu'il faut savoir

AFP

Ghana: premier tour de la présidentielle sur fond de tensions

Ghana: premier tour de la présidentielle sur fond de tensions