mis à jour le

Le Burkina Faso fête le premier anniversaire de la chute de Compaoré

Plusieurs manifestations commémorant le premier anniversaire de la chute de l'ancien président burkinabè Blaise Compaoré, chassé par le rue le 31 octobre 2015 après 27 ans au pouvoir, ont eu lieu vendredi au Burkina Faso qui va fêter l'événement tout le week-end. 

Les manifestations ont débuté vendredi matin avec des séances ½cuméniques dans les églises et mosquées et se termineront dimanche par un concert géant avec des artistes locaux à la Place de la révolution, épicentre des manifestations anti-Compaoré durant l'année 2014.

Quelques centaines de personnes avec en tête, Cheriff Sy, le président du Conseil national de la transition (CNT), l'assemblée intérimaire mise en place après la chute de Compaoré, ont rendu hommage vendredi à la trentaine de "martyrs de l'insurrection" tombés durant les manifestations.

Sonnerie aux morts, dépôt de gerbes de fleurs ont marqué cette cérémonie solennelle à laquelle assistait également la hiérarchie militaire dont le chef d'Etat-major général des armées, le général Pingrenoma Zagré.

Le gouvernement avait appelé tous les Burkinabè à observer une minute de silence à "9h40minutes" "sur toute l'étendue du territoire". 

Le retentissement d'une sirène a été retransmise par toutes les radios et télévisions du pays.

"Nous ne réclamons pas la justice, nous allons rendre la justice à nos martyrs parce qu'on ne peut pas continuer à tuer impunément des fils et filles du Burkina Faso. La justice leur sera rendue",  a déclaré le président du CNT Chériff Sy au cimetière municipal de Goughin (ouest de la capitale). 

Le président a rappelé "le sacrifice ultime (des "martyrs") pour que émerge un Burkina nouveau débarrassé de la forfaiture, du clientélisme, de la gabegie, des crimes de sang et crimes économiques. Que l'exemple de leur sacrifice, nous stimule  dans notre combat pour la construction du  Burkina Faso de nos espérances", a-t-il poursuivi.

L'insurrection avait commencé le 30 octobre avec notamment l'incendie de l'Assemblée nationale. Le président Compaoré avait alors annoncé le retrait du projet de loi sans pouvoir calmer la foule. Le lendemain, le 31, il démissionnait. 

Au total, la répression des manifestants a fait officiellement une trentaine de morts et plus de 600 blessés. Le gouvernement de la transition a décidé d'ériger 28 morts en "héros nationaux", ils sont appelés les "martyrs de l'insurrection".

Des élections présidentielle et législatives sont prévues le 29 novembre pour définitivement tourner la page de l'ère Compaoré et instaurer une véritable démocratie dans ce pays pauvre d'Afrique de l'Ouest.

AFP

Ses derniers articles: Libye: 135 migrants nigérians rapatriés  De l'argent offert  Burkina: un véhicule militaire saute sur un engin explosif 

anniversaire

AFP

Soudan du Sud: sombre sixième anniversaire de l'indépendance

Soudan du Sud: sombre sixième anniversaire de l'indépendance

AFP

Des milliers de Libyens célèbrent le 6e anniversaire de la révolution

Des milliers de Libyens célèbrent le 6e anniversaire de la révolution

AFP

Tunisie: 6e anniversaire la révolution sur fond de contestation sociale

Tunisie: 6e anniversaire la révolution sur fond de contestation sociale

Burkina

AFP

Attaque au Burkina : le commando "probablement venu du nord du Mali"

Attaque au Burkina : le commando "probablement venu du nord du Mali"

AFP

Le Burkina sous le choc d'un nouvel attentat sanglant au coeur de sa capitale

Le Burkina sous le choc d'un nouvel attentat sanglant au coeur de sa capitale

AFP

Burkina et Côte d’Ivoire veulent lutter "ensemble" contre le terrorisme

Burkina et Côte d’Ivoire veulent lutter "ensemble" contre le terrorisme

chute

AFP

Guerre interne en vue

Guerre interne en vue

AFP

La Centrafrique en proie aux violences depuis la chute de Bozizé

La Centrafrique en proie aux violences depuis la chute de Bozizé

AFP

L'aéroport de Juba, condensé d'un pays en chute libre

L'aéroport de Juba, condensé d'un pays en chute libre