mis à jour le

Crédit photo: Australian Department of Foreign Affairs and Trade via Flickr. CC License by.
Crédit photo: Australian Department of Foreign Affairs and Trade via Flickr. CC License by.

L'Afrique ne produit que 1% des connaissances scientifiques mondiales

Il y a 79 scientifiques pour un million d'habitants sur le continent, soit 57 fois moins qu'aux Etats-Unis.

Le futur Albert Einstein a peu de chances de voir le jour en Afrique. C'est statistique. Le continent africain est la région sur Terre qui compte la moins forte concentration de scientifiques et par conséquent le plus faible volume de publications scientifiques. Selon L'Unesco, seules 1,1% des publications scientifiques diffusées à travers le monde sont l'oeuvre de scientifiques africains.

Pas un hasard quand l'on sait que l'Afrique est le continent qui forme le moins de scientifiques.

«Le continent compte 79 scientifiques par million d'habitants, c'est beaucoup moins qu'au Brésil ou aux Etats-Unis où ce ratio est respectivement de 656 et 4.500 pour un million. Le pire de tout cela, est que la plupart des scientifiques ou ingénieurs qui sont formés en Afrique doivent partir travailler ailleurs à cause du manque d'infrastructures et de ressources dans leur pays d'origine», souligne le journal britannique The Guardian.

La crise sanitaire provoquée par l'épidémie du virus Ebola en Afrique de l'Ouest a illustré le retard de la recherche scientifique en Afrique. C'est aux Etats-Unis que les essais pour mettre au point un vaccin contre le virus ont été menés. Des scientifiques africains sont pourtant à la pointe dans la recherche autour du virus Ebola, mais le manque de moyens dans les laboratoires locaux entrave le développement de leurs travaux. 

La R&D à la traîne

«Nous voulons former de talentueux scientifiques, les retenir sur le continent et les récompensés à la juste valeur de leur travail», confiait récemment à Reuters, Tom Kariuki, le directeur de l'Alliance pour l'accélération de l'excellence dans la science en Afrique (AESA)

Les pays africains consacrent en moyenne très peu de leur budget à la recherche et développement. Selon les dernières statistiques de l'Unesco, c'est l'Afrique du Sud qui y consacrait la plus grande part de son budget en 2009, soit 0,93% de son PIB. C'est bien moins que les Etats-Unis (2,88%), l'Allemagne (2,78%), la France (2,21%) ou le Japon (3,33%). Mais surtout, les autres pays africains, excepté le Kenya, sont vraiment à la traîne. En 2014, des études croisées plus récentes de la Banque Mondiale et du FMI plaçaient l'Afrique du Sud à la 29e place mondiale avec un budget national de 6 milliards de dollars pour la recherche et développement. C'est le seul pays africain dans le top 40. 

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: La ville du Cap n'a plus que 100 jours de réserve d'eau  En Côte d'Ivoire, le gouvernement interdit la vente de cartes SIM aux moins de 16 ans  Les citoyens africains ont davantage confiance en leurs leaders religieux qu'en la justice 

recherche

AFP

Dakar: audition d'un militaire guinéen recherché pour le massacre d'opposants en 2009

Dakar: audition d'un militaire guinéen recherché pour le massacre d'opposants en 2009

AFP

A Kasese, la recherche de familles ougandaises pour leurs disparus

A Kasese, la recherche de familles ougandaises pour leurs disparus

AFP

Attentat en Côte d'Ivoire: 15 interpellations, le principal suspect recherché

Attentat en Côte d'Ivoire: 15 interpellations, le principal suspect recherché

science

AFP

Face

Face

Science

Un insecte pourrait changer l'avenir des scientifiques africains

Un insecte pourrait changer l'avenir des scientifiques africains

AFP

Au Kenya, la survie du rhinocéros blanc du Nord ne dépend plus que de la science

Au Kenya, la survie du rhinocéros blanc du Nord ne dépend plus que de la science