mis à jour le

Capture d'écran du compte twitter d'Ahmed Hussen. DR
Capture d'écran du compte twitter d'Ahmed Hussen. DR

Un homme politique canadien né en Somalie a été élu au parlement, une première

Le Canada compte une des diasporas de Somaliens les plus importantes à travers le monde.

C'est une élection à un siège au parlement canadien qui fait écho à la politique d'immigration menée sur le plan national depuis plusieurs années. Le Canada est en effet l'un des pays au monde qui compte «le plus de migrants par habitant», selon le site d'informations américain Quartz. Et Ahmed Hussen, un membre du Parti libéral de Justin Trudeau, tout nouveau Premier ministre, est devenu à l'issue des élections législatives le premier canadien né en Somalie à siéger au parlement.

«Merci aux habitants de York South-Weston pour leur vote de confiance la nuit dernière! Impatient d'oeuvrer pour un meilleur #YSW et Canada!» Ahmed Hussen

Un beau symbole. La communauté somalienne du Canada est l'une des plus importantes à travers le monde hors Somalie, selon les estimations. Au plus fort de la guerre civile somalienne, lors de l'année 1994, 17.800 réfugiés somaliens ont rejoint le Canada, selon l'Agence des Nations unies pour les réfugiés. Ahmed Hussen, qui a passé son enfance en Somalie et a fui à l'âge de 16 ans avec sa famille la guerre civile en 1993, est l'exemple d'une intégration réussie.

Un destin pas ordinaire

«Hussen a tracé de manière improbable son chemin vers Parliament Hill, un parcours qui pourrait inspirer toute personne qui a grandi en faisant face à la pauvreté, à l'adversité ou qui a senti la piqûre douleureuse de la discrimination, car Hussen a connu les trois», écrit le site canadien thestar.com qui brosse son portrait.

À lire aussi sur Slate.fr: Les chantiers qui attendent Justin Trudeau, nouveau Premier ministre canadien

Mais le cas d'Hussen représente une exception dans la diaspora somalienne.

«Les Somaliens sont souvent décrits comme l'une des communautés d'immigrés à travers le globe qui vit le plus à l'écart de la société et dont les droits sont les plus bafoués. Dans beaucoup de cas, ils ont trouvé cela particulièrement difficile de s'intégrer dans les pays où ils ont immigré pour fuir leur pays en guerre», souligne Quartz, qui ajoute: «C'est aussi le cas au Canada où les Somaliens sont parmis les plus pauvres, malgré le fait qu'ils soient l'une des plus larges communautés africaines dans le pays.»

S'il représente un modèle pour tous les Canadiens d'origine somalienne, Hussen veut rester impartial dans son travail. «Je ne suis pas celui qui ne servira que les intérêts de sa propre communauté. J'essayerai de montrer aux gens qu'il est possible d'excercer son leadership hors de sa communauté», a t-il déclaré.

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: En Gambie, Yahya Jammeh a quitté le pouvoir les poches pleines  Si vous voulez acheter un iPhone pour pas cher, foncez en Angola  Le racisme anti-noir réapparaît avec violence à la CAN 2017